La madeleine de la madeleine

J’aime beaucoup ce texte écrit par l’ami Perruche en automne, car suscité par une de mes notes, il m’a rappelé en retour des tas de souvenirs.

Ma mère était, Dieu merci, elle « est » toujours, elle était donc sage-femme mais exerçait comme infirmière à domicile en milieu rural.

Elle faisait des journées folles, son record, 60 visites à domicile, parfois contre vents et congères. Je la voyais peu, je l’accompagnais donc le plus souvent possible.

Elle faisait l’objet d’un quasi culte du cargo parmi ses patients.

Ma mère est très « Madame Figaro », mais elle a toujours su s’adapter avec classe et gentillesse à tous les milieux sociaux. Encore maintenant, surtout maintenant, je suis admiratif devant une telle capacité, un tel pouvoir.

Elle m’a ouvert les portes des immigrés de la première génération à peine francophones, des cas sociaux vivant littéralement dans les ordures, des aristocrates hautains aux cols de chemise élimés, des riches industriels, des frustres fermiers dauphinois, de femmes qui vivaient « ensemble ».

Elle parlait toutes les langues, sans en parler une seule, Comment va te le monsù? Chouaïa-chouïa, Mme de Machin a une très belle propriété…

Elle en a bu, des thés à la menthe bouillants même quand elle n’en avait pas envie et qu’il faisait chaud à crever, des décoctions infectes en souriant, et mangé des trucs plus ou moins étranges….

Elle m’a montré que la vraie force est de s’adapter aux gens, et non pas les forcer à s’adapter à soi. Elle m’a fait découvrir l’homme malade bien avant la nosologie.

Tout ça pour dire que, comme Perruche l’a très bien écrit, il n’a pas peur des fous, et moi, comme lui, je n’ai pas peur de la différence. Tout ce qu’à vécu Perruche, je l’ai vécu (à l’exception des vacances avec les patients), et sa peinture est incroyablement vivante. C’est exactement ça. Par contre, parce que tout était différent, je me remémore ces moments comme une expérience positive et enrichissante.

Contrairement à lui, donc, parce que c’est lui, parce que c’est moi, j’emmène volontiers mes fils au travail. J’espère qu’ils ne cherchent pas à me faire plaisir en me le demandant. Bien entendu, quand je les emmène, je suis le plus fier des hommes, et les infirmières les chouchoutent comme de petits rois. Et je leur fais rencontrer des patients (j’emmerde le règlement intérieur et la cellule qualité), coller des électrodes pour faire un ECG ou une épreuve d’effort, appuyer sur les boutons, regarder une échographie cardiaque.

Et quand ils rentrent à la maison, ils disent à leur mère qu’ils m’ont aidé.

Je serais très heureux si ils devenaient médecins, étant donné la passion que j’éprouve pour mon métier.

Mais je ne fais pas ça pour les influencer, du moins consciemment (peut-être un peu quand même).

Ils ne sont pas moi, et ils feront ce qu’ils voudront et pourront.

Je voudrais simplement qu’ils retiennent une seule chose: mes enfants, n’ayez jamais peur de la différence.

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

7 thoughts on “La madeleine de la madeleine”

  1. Je crois que le meilleur moyen pour qu’il n’en aient pas peur est de la leur montrer, qu’ils la connaissent et se éventuellement se l’approprient😉

  2. Notre dure époque a besoin de message comme celui-ci pour remettre un peu d’éthique et de morale dans notre société !

  3. j’ai emmené assez souvent mon fils cadet en visite avec moi(j’en faisais quelques unes) à la maison de retraite ou dans les structures psychiatriques.
    à mon cabinet je le laissais manipuler mes appareils
    effectivement en l’emmenant en visite je voulais lui montrer la différence et la vieillesse

  4. C’est marrant ta mère avait un peu le même rythme que la mienne (40 à 50 consultations de psy de 14heures à minuit et des visites à domicile et la clinique le matin), c’est terrible les work addicts, et manifestement les mêmes référentiels culturels. J’aime bien ta note, car elle montre combien le vécu de chacun est différent à partir d’expériences somme toute assez proches.
    Je pense que tout les parents ont envie que leurs enfants fassent leur métier. Je suis le vilain petit canard de la famille, car je ne suis pas psychiatre. Je n’arrive pas à savoir si d’avoir baigné avec des malades depuis tout petit m’a rendu plus tolérant ou plus sensible.
    Je crois aussi que mon blocage avec mes enfants tient à notre histoire familiale, pas envie d’en rajouter sur la maladie et la douleur. Les grandes ont déjà une expérience un peu trop importante à mon gout de ça.
    Sinon, je suis assez d’accord sur le fait que ces changement de milieu est un enrichissement en y repensant.
    Merci pour cette jolie note.

  5. comme le dit Picorna deux expériences différences sur mes blogs préférés mais rassurez-vous les enfant de toubibs, les enfants de profs ou d’instituteurs baignent eux toute la journée dans une atmosphère d’école et deviennent quoi depuis 5 générations pour au moins l’un d’entre eux …… à vous de deviner ?

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s