Le communiqué de l’EMA au sujet du Multaq (dronédarone)

Sept jours, jour pour jour après le communiqué de la FDA alertant les prescripteurs et patients américains sur la possible association entre prise de dronédarone et lésions hépatiques parfois sévères, l’EMA vient de rendre public son propre communiqué.

L’Afssaps publie sur son site une traduction française ainsi que la lettre aux prescripteurs français de Sanofi.

Pourquoi sept jours de délai et que s’est-il passé durant ce laps de temps?

Bon, bah, pas de chance, je n’en ai strictement aucune idée en ce qui concerne les agences de régulation.

C’est dommage car les communiqués, et donc les recommandations afférentes sont assez différentes, en tout cas bien plus que ce qu’il n’y paraît lors d’une lecture superficielle.

FDA (14/01/11):

* Advise patients to contact a healthcare professional immediately if they experience signs and symptoms of hepatic injury or toxicity (anorexia, nausea, vomiting, fever, malaise, fatigue, right upper quadrant pain, jaundice, dark urine, or itching) while taking dronedarone.

* Consider obtaining periodic hepatic serum enzymes, especially during the first 6 months of treatment. However, it is not known whether routine periodic monitoring of serum liver enzymes (ALT, AST, and alkaline phosphatase) and bilirubin in patients taking dronedarone will prevent the development of severe liver injury.

* If hepatic injury is suspected, dronedarone should be promptly discontinued and testing of serum liver enzymes and bilirubin should be performed. If hepatic injury is found, appropriate treatment should be initiated.

* Dronedarone should not be restarted in patients who experience hepatic injury without another explanation for the observed liver injury.

* Report adverse events involving dronedarone to the FDA MedWatch program, using the information in the « Contact Us » box at the bottom of the page.

EMA (21/01/11):

* Before starting treatment with Multaq, doctors should perform liver function tests. Tests should be repeated monthly for six months, at months 9 and 12, and periodically thereafter.

* Doctors should contact patients who are currently receiving Multaq within the next month so that liver function tests can be performed. Thereafter, they should carry out further tests as described above depending on when treatment was started.

* Doctors should stop treatment with Multaq in patients with raised levels of the liver enzyme alanine aminotransferase (more than three times above the upper limit of normal). Appropriate investigation and close observation of patients should continue until the enzyme levels return to normal.

La différence qui saute aux yeux, hormis la chronologie très martiale des contrôles demandés par l’EMA est que la FDA précise noir sur blanc (en gras) qu’elle ne sait pas si ses recommandations de surveillance des transaminases sont efficaces pour surveiller effectivement un traitement par dronédarone, alors que ce doute n’est pas mentionné dans les recommandations européennes.

Or, ce point est fondamental, comme le souligne Sanjay Kaul qui par ailleurs n’est pas très favorable à cette molécule:

At this time it is not clear whether the liver toxicity represents an idiosyncratic reaction or an expected side effect that can be mitigated by monitoring liver function tests. Nonetheless, the news of acute liver failure adversely alters the already tenuous benefit-risk balance of this drug and further increases my threshold to recommend this drug for clinical use. (référence)

Exactement mon sentiment, mais je l’aurais exprimé de façon bien moins pertinente et concise.

Alors, nouvelles données, ou divergence d’analyse entre FDA et EMA?

Prochaine étape, l’évaluation du rapport risque/bénéfice par l’EMA. Ça va être passionnant!

Je profite de cette note pour saluer les visiteurs médicaux de Sanofi qui passent parfois par ce blog pour y  glaner des informations différentes.

Je remercie enfin celui qui m’a permis d’avoir un aperçu passionnant de la gestion de cette histoire par Sanofi.

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

Hasard rigolo, le 20/01/11 la FDA a publié la retranscription de ce podcast sur son site. Celui-ci reprend mot pour mot le communiqué du 14/01/11. Donc a priori, pas de nouvelles données jugées pertinentes par la FDA.

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

3 thoughts on “Le communiqué de l’EMA au sujet du Multaq (dronédarone)”

  1. Excellente analyse ! Le marketing n’est jamais très loin pour amortir l’effet commercial catastrophique d’un effet secondaire grave inattendu. Le fameux « déséquilibre de décès dans le groupe dronédarone » en était déjà une belle illustration.

    Il est donc urgent pour les services marketing de faire croire qu’avec un bon monitoring, ce n’est vraiment pas un problème… Tout le monde est content et surtout ceux qui veulent prescrire et voir prescrire le blockbuster (n’oublions pas l’essentiel !).

    D’ailleurs, il y avait bien une alerte de pharmacovigilance dès le 14/01/2011, chez JM ! Il faut juste consulter les bons journaux de pharmacovigilance!!! :
    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/chimie-pharmacie/20110114trib000592071/le-multaq-medicament-vedette-de-sanofi-sur-la-sellette.html

    Le 21/01/2011, ce célèbre journal de pharmacovigilance complète et rassure :
    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/chimie-pharmacie/20110121trib000594443/l-europe-confirme-la-mise-sous-surveillance-du-multaq-de-sanofi.html
    Ce qui est assez drôle c’est que dans ce 2ème bel article de pharmacovigilance, on n’oublie pas de rappeler et d’insister sur l’essentiel (vous vous souvenez, l’essentiel !!!):
    « Le médicament est destiné à remplacer l’amiodarone, un autre produit de Sanofi, plus ancien et présentant d’importants effets secondaires (problèmes de thyrroïde, pulmonaires…). »

    C’est vrai qu’avec MULTAQ on a ouvert une nouvelle voie d’AMM : celle des médicaments moins efficaces mais très chers, qu’il faut prescrire en premier au motif qu’ils ont moins d’effets secondaires…

  2. Comment peut-on accepter qu un des experts français( J-Y LH) qui participe à la redaction les guidelines europeens sur la FA( http://www.escardio.org/guidelines-surveys/esc-guidelines/Pages/atrial-fibrillation.aspx) soit le communicant principal de Sanofi sur le Multaq, fasse le tour de France avec Sanofi pour promouvoir ce produit et puisse nous prendre de haut quand dans ces reunions pseudoscientifiques, on emet des reserves; Et comme par hasard, Le Multaq sort en 1ère intention en Europe sur quasi toutes les indications; Sanofi et Servier, meme combat? Les délégués Sanofi ne vont pas aimer..

  3. C’est tellement énorme, juge et partie à la fois, que ça ne paraît pas possible.
    La déclaration des conflits d’intérêt de ces recommandations est très très impressionnante:
    http://www.escardio.org/guidelines-surveys/esc-guidelines/Documents/AFIB/DOI-AFIB.pdf
    Et pourtant…
    Mais il est vrai aussi que l’exemple vient d’en haut: « Je ne suis pas choquée qu’il y ait des infiltrations des sociétés savantes par les laboratoires ».
    Le résultat est magnifique, magistral…
    De quoi redonner toute confiance aux patients (et aux cardios qui suivent ces recommandations).

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s