La tête sur les épaules.

Hier, la journée a été mouvementée et baroque et j’ai eu du mal à garder la tête sur les épaules.

Le matin, à l’hôpital, un monsieur d’un certain âge râle car je ne le prend pas assez rapidement pour un doppler. absolument non urgent. En fait, il n’a pas de rendez-vous, il s’est pointé comme une fleur à la consultation et il fulmine car il doit attendre la fin du programme. On lui explique gentiment. Il  insiste en arguant que sa femme « qui est dans le plâtre » l’attend dans le hall de l’hôpital. Il refuse d’attendre les 30 minutes que je lui annonce et s’en va avec un rendez-vous avec moi la semaine prochaine.

Je retourne dans ma salle d’examen, ce sont les infirmières qui me racontent la suite. Une dame apparemment en pleine santé arrive et demande si son mari, le monsieur en question, a passé son examen. Les infirmières lui répondent que non, car il était pressé car sa pauvre épouse attendait dans le plâtre. Grosse gène de cette dernière.

La semaine prochaine, je me les paye tous les deux. Gentiment, avec le sourire, et avec respect, mais à la Dr House.

L’après-midi, je vois en consultation un monsieur corse avec un dossier de 3 cm de haut, qui voulait que je décide si il fallait le ponter ou le dilater avec des stents. C’est une histoire corse, typique. Une prise en charge cardiologique exotique, qui aboutit à une situation bloquée, et un patient désemparé qui fait fonctionner le réseau corse: il a dîné un soir avec un chirurgien dont l’épouse est du même village, et « une personne » du service du chirurgien a appelé pour obtenir une consultation rapide. Le problème est qu’il aurait dû se retrouver en face d’un chirurgien, et pas d’un cardiologue non interventionnel. De plus, il est venu de Corse pour ça et repart dans la soirée. Le réseau corse est rapide, contrairement à l’image que l’on s’en fait, mais il est comme la télétransportation dans Star-Trek,  parfois, on n’arrive pas à l’endroit désiré, pas au moment voulu, voire pas dans le même état moléculaire.

Beam me up, Ange-Dominique.

Je lui ai dit qu’il a encore eu de la chance de ne pas tomber sur un proctologue (Faites « A »). J’appelle un copain chirurgien cardiaque, on regarde le film de coronarographie dans la foulée, il faut en effet le ponter. Ce sera fait en début d’année prochaine.

Au CHU, il y a plein de gens brillants, habiles et gentils, dont la valeur contrebalance le bordel colossal qui y règne. Je suis de plus en plus persuadé qu’une partie non négligeable de la valeur d’un médecin est basée sur la qualité de sa liste de contacts sur son téléphone portable. Je ne suis pas persuadé d’être un bon médecin, mais j’ai l’immense chance d’avoir un excellent carnet d’adresses.

Après, ça se corse, si j’ose dire, je vois une famille de réfugiés serbes. En fait, le père qui a fait un infarctus à Belgrade où il s’est pris 3 stents. Je suis étonné, pas tellement parce qu’il s’est pris du métal dans le buffet en Serbie, mais parce que je n’imaginais pas qu’ils avaient de la cardiologie interventionnelle là-bas. Pis encore, il s’est pris 5 stents de moins que le patient corse en Corse. Moralité, en Serbie, ça défouraille moins que dans le sud de la France. Pas reluisant.

Pour ceux qui se lamentent sur notre prise en charge des réfugiés, celle de cette famille est exemplaire. Aucun d’eux ne parlait français, mais ils étaient accompagnés d’une traductrice qui effectue à leur place toutes les démarches/prise de rendez-vous. Respect.

Entre deux consultations, j’apprends que l’on a débité sur mon compte professionnel une importante somme d’argent. La banque m’a appelé 3 fois en 1 heure. Ils ont l’air embêté. Pas tant que moi.

Je vois aussi une charmante dame qui habite dans un coin un peu reculé. Elle me raconte que son cardiologue a « disparu » sans trop laisser de traces. Le nom du village m’a rappelé une histoire datant d’il y a quelques années. A l’époque, « on » (encore un réseau) m’avait proposé de prendre la succession un cardiologue qui venait de se tuer au cours d’un accident de voiture. Sa mort avait été précédée du suicide de son associé. Le cabinet, drainant une zone géographique considérable est une véritable mine d’or, et probablement aussi de médecine, car là où il n’y a pas de médecin, on voit en général des choses passionnantes. J’avais poliment décliné, l’énorme chiffre d’affaire ne compensant pas dans mon esprit la vie difficile d’un médecin-forçat. Je n’ai pas envie de me retrouver en fin de vie avec des lauriers de cendre. J’avais aussi été un peu refroidi par ces deux disparitions successives. Celle que m’a apprise hier cette gentille patiente serait donc la troisième, puisqu’il s’agit du même cabinet!

Uhmmm, cette histoire me rappelle pas mal « l’Île aux 30 cercueils« , feuilleton qui a aussi terrorisé toute mon enfance. Je crois que j’ai bien fait de refuser cette proposition…

Retour à la maison.

Une super bonne nouvelle vient égayer cette journée (mais pas de la banque).

Puis dans la soirée, je me suis mis un peu plus sérieusement à Google Wave avec l’incomparable Nine et un geek, un vrai (pas comme Nine et moi). Le problème c’est que le geek travaillait sur un EeePC.

Google Wave sur EeePC, c’est un peu comme d’essayer de courir les 24 heures du Mans avec une voiture à pédales.

Quelques réflexions basées sur une expérience de 3 heures:

  • C’est pas ergonomique ni intuitif pour un sou, et plutôt lent quand on commence à utiliser plusieurs extensions à la fois (mais comme me l’a fait remarquer le geek, c’est un « beta-testing sur invitation »).

Photobucket

(Google Wave, c’est en bas)

  • S’en servir comme d’un logiciel de chat comme WLM n’apporte rien de plus, plutôt moins.
  • Il faut être plus de deux sur une wave pour commencer à entrevoir un intérêt à la chose.
  • Ce sont les extensions qui vont en faire la valeur en permettant un travail collaboratif (GoogleMap modifiables, graphiques statistiques, sondages…). D’autant plus que le système est ouvert et que les développeurs s’en donnent déjà à cœur joie.
  • Il ne faut pas se détourner de ce bouzin lourdaud sur une première mauvaise impression, Wait and See.

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

4 thoughts on “La tête sur les épaules.”

  1. J’ai pas encore eu le temps de jeter un oeil à Google Wave, hier c’était installation de windows 7 (j’ai réussi à avoir la mise à jour au prix étudiant) et aujourd’hui je vais me taper plus de 9H de route alors on verra bien ce soir🙂

  2. « La semaine prochaine, je me les paye tous les deux. Gentiment, avec le sourire, et avec respect, mais à la Dr House. »
    Hélas, je parie qu’ils ne viendront pas…

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s