Twitter, combien de divisions? (2)

De plus en plus d’informations que je trouve « intéressantes » proviennent des quelques 40 comptes Twitter que je suis.

Au début, je ne voyais aucun intérêt à ce système de microblogging, puis, en sélectionnant ces fameux comptes, je me suis rendu compte que j’avais mis en place, sans m’en rendre apercevoir, une veille sanitaire particulièrement efficace.

D’un point de vue quantitatif, puisque ces 40 comptes en drainent eux-même des dizaines, voire des centaines d’autres et que leurs auteurs en extraient les tweets les plus intéressants grâce au système du re-tweet (RT).

Choisir des personnes qui ont les même points d’intérêts que vous, augmente sensiblement la chance de tomber sur des RT utiles/intéressants.

La nécessaire concision des tweets permet par ailleurs aux utilisateurs de tweeter parfois jusqu’à 10 fois par jour.

En conséquence, la masse d’informations ainsi drainée en devient presque handicapante. D’où l’intérêt, encore une fois, de bien choisir les comptes suivis.

Ma cette veille est aussi assez remarquable d’un point de vue qualitatif.

Au départ, je suivais donc des « particuliers » ou des sites d’informations médicales, , de journaux scientifiques ou non, puis je me suis rendu compte que des institutions comme la NHS, la FDA, l’AHA, l’ESC… avaient elles-aussi leur compte twitter. Cette mixité a l’avantage de combiner le point de vue « officiel », et la plus value apportée par les commentaires de cette même information.

Bien entendu, cela sous-entend que Twitter n’a de valeur que par les liens qu’il permet de découvrir.

D’un autre côté, savoir que untel s’est fait exploser un comédon devant la glace ne m’a jamais intéressé, même si il s’agit du comédon d’une célébrité plus ou moins auto proclamée.

J’utilise donc plutôt Twitter comme une antenne réceptrice que je braque vers la toile qui m’intéresse. Cette antenne me semble plus maniable qu’un agrégateur de flux RSS. En tout cas, ces deux types de veille sont très complémentaires.

Pour m’amuser à connecter des réseaux sociaux entre eux, plus que par utilité, j’ai couplé à mon compte ce blog dont chaque nouvelle note est signalée automatiquement par un tweet et mon compte Delicious.

8 Replies to “Twitter, combien de divisions? (2)”

  1. Je trouve votre vision de Twitter très juste: to twit, cela veut dire pépier en anglais. Nous pépions donc, sur les sujets qui nous font réagir, réflechir… Et nous trouvons dans ce réseau d’autres personnes avec qui nous réseaunons. Intéressant comme 140 caractères peuvent en dire plus parfois qu’un article entier! Il est également possible de relier le compte twitter à son compte facebook. AAaaah, le progrès!

    1. 140 caractères mieux qu’un article entier, ça dépend ce qu’on veux dire ou savoir. J’aimerai savoir ce que twitter dit de l’étude comparant ezetimibe et niacin. J’ai du mal à imaginer rendre la complexité de l’étude en 140 caractères mais je suis bavard.
      Je dois avouer que je ne me suis pas mis au twit, alors je ne peux pas juger. Je ne vois pas comment je pourrais gérer ce flot d’informations. J’ai déjà du mal à lire ne serais ce qu’un tiers de ce je devrais lire pour être à jour sur les sujets qui m’intéressent. Probablement je ne crois pas assez à l’intelligence collective si cher au WEB2.0 et j’ai tort je le sais 😉
      De toute façon je suis asocial, alors les réseaux sociaux je déteste. Par contre les agrégateur de RSS j’adore

      1. C’est une belle image: twitter, c’est comme un agrégateur de RSS sauf que ce sont des gens qui agrègent et pas l’ordinateur… Le twitt de l’ESC Cardio sur l’étude dont vous parlez est le suivant:
        In patients on statins raising good cholesterol w/niacin, but not reducing bad cholesterol w/ezetimibe…. #AHA09 http://tinyurl.com/nz8tkf
        mais j’imagine qu’elle parle de cette page: http://americanheart.mediaroom.com/index.php?s=43&item=883

        Je suis curieuse de savoir ce que vous en pensez maintenant!

        1. J’ai supprimé l’ezetimibe de ma pharmacopée depuis bien longtemps, donc cette étude m’a pas vraiment passionné.
          Pour la niacine, comme le dit Stéphane elle est assez mal tolérée, et tant que je n’aurais pas un critère « dur » de morbi-mortalité à me mettre sous la dent, il est hors de question que je la prescrive.

        2. Je pense que ça n’apporte pas beaucoup d’information même pas la fin du titre du lien qui est « decreases plaque build-up »
          Si on s’arrête à ça, je pense qu’on perd le message du papier.
          Je ne suis vraiment pas convaincu. Il n’y a aucune vision critique juste du transfert d’info. Déjà que les abstracts des papiers sont parfois trop lapidaires. Là ça devient une réduction qui perd même le gout.
          Après effectivement comme indicateur de choses à lire pourquoi pas.
          Ce qui m’effraie c’est que les gens s’arrête pour l’info au twit et construise des idées sur 140 caractères d’un phénomène complexe. La concision est une qualité, il ne faut pas exagérer.

        3. Je suis d’accord, le plus dur c’est de trouver des gens qui twittent des infos intéressantes. Après pour l’exemple, s’il n’y a rien à dire sur l’étude même quand on la lit en entier, c’est qu’il n’y a rien à en dire de toute façon, en 140 caractères ou plus!
          J’utilise twitter pour suivre les personnes que je trouve intéressantes, comme Lawrence, quelques sites de santé, des communicants un peu critiques et bien sûr mon mari, dont j’adore les twitt (http://twitter.com/bricechallamel).

          Je ne suis pas sure qu’on puisse s’arreter aux 140 caractères… L’idée c’est de donner envie avec peu de mots…

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.