Affreux, mais pas méchants

J’ai un couple de patients (je suis le monsieur, la dame est suivie par un autre cardio) qui me donnent des frissons chaque fois que je lis leur patronyme sur ma liste de rendez-vous. Ils sont négligents, et aussi polyvasculaires que tabagiques actifs (4 paquets par jour à eux deux).

Ils sont parfaitement sans gène. Ils sont tellement sans gène que leurs demandes ou exigences, aussi grosses soient-elles passent et sont acceptées par le corps médical (moi compris). Autrement dit, au final, ils obtiennent objectivement bien plus de résultats que des patients plus éduqués, moins rustres qu’eux.

Plus c’est gros, plus ça passe, l’adage se vérifie encore dans ce cas.

Ce sont des patients, mais cela se vérifie dans la vie en général. Les gens braillards, rustres, non éduqués et sans gène s’en sortent en général bien mieux que les autres. J’ai un exemple familial impressionnant.

Leur dernière idée: me faire « accélérer » un rendez-vous avec un chirurgien pour madame (que je ne suis pas, je vous rappelle). Initialement, son cardio voulait la confier avec une équipe chirurgicale avec laquelle il travaille. Les patients ont exigé de la faire opérer avec celle avec laquelle je travaille moi (une du CHU qui s’est déjà occupé de Monsieur). Le cardio a donc fait un courrier pour un chirurgien avec qui il ne travaille pas (sacré couleuvre!), mais que je connais très bien. Son cardio n’a pas réussi à  obtenir un rendez-vous, avant genre 2 semaines (pas certain non plus qu’il y ait passé beaucoup de temps…).

Donc ils sont venus me voir.

Et j’ai accéléré.

Plus belle la vie?

Je leur ai quand même demandé si ils avaient dit au cardio de Madame qu’ils allaient venir me voir pour cela. Et bien, oui! Plus c’est gros, plus ça passe. J’imagine la tête du confrère qui a fait un bon diagnostic mais dont la thérapeutique va lui échapper totalement…

Du point de vue des patients, cette attitude est parfaitement logique mais consumériste. On va vers celui qui offre objectivement (ou non) les meilleurs services sans aucun état d’âme. La santé, la médecine, les médecins sont rabaissés au niveau d’un besoin, d’un service et d’un prestataire.

Mes patients sont des précurseurs d’un mouvement qui me semble inéluctable.

Au final, je les aime bien, ces patients. Ils me rappellent mon grand-père.

Je ne les ai pas fait payer (pauvre sécu, par ailleurs je veux limiter les frictions avec le confrère et la relation commerciale entre nous), mais j’ai demandé un dédommagement en nature, certes non remboursable pour eux mais non imposable pour moi😉

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

17 thoughts on “Affreux, mais pas méchants”

  1. « les meilleurs services » …. l’expression me laisse songeuse.
    Autant ça me semble tout à fait normal que le patient (enfin ici la patiente) choisisse l’équipe de prise en charge, même si c’est pénible pour le médecin qui a l’habitude de fonctionner avec certains correspondants qu’il juge tout à fait capables…. autant le fait d’avancer un RDV qu’on ne juge pas assez « rapide »… : en quoi est-ce un meilleur service? En quoi est-ce déjà un « mauvais service » qu’un RDV « seulement » dans 2 semaines??? Je crois que nous (notre société dans son ensemble) avons complètement perdu de vue l’idée de délai acceptable, le fait qu’attendre ne soit pas forcément une contrainte, le fait que « tout de suite » ne veut pas dire « mieux ». Le nombre de patients pas suivis au cabinet, que je vois pour des trucs pas urgents, parce que j’avais de la place et que « oui mais mon médecin habituel ne pouvait pas me recevoir avant DEMAIN, vous vous rendez COMPTE??? ».
    Parfois j’ai l’impression que le glissement consumériste de la santé se fait finalement au détriment du patient, qui a l’illusion au contraire de faire une « affaire »…

    1. @Gélule: effectivement, c’est une consommation de la santé. Le patient veut être servi comme dans un restaurant, dans un magasin de suite et selon son désir. Le hic est que la Santé n’est pas un produit commercial, mais je pense que cela arrange certains organismes et gens de montrer la « Santé » comme un objet commercial. Or, la santé ne s’achète pas avec tout l’or du monde.

      Par contre, cela m’est arrivé de ne pas être en accord avec le RV proposé, dont le délai me paraissait trop long. Une angine de 4 jours, avec un commencement de problème respiratoire. Le premier RV proposé fut à 5 jours, la nuit est longue quand on a du mal respirer. J’ai téléphoné aussi longtemps qu’un RV sous 24H soit possible. Mais là encore, les RV difficiles à obtenir sont éventuellement aussi la conséquences des RV un peu inutiles, des RV de consommation, en plus du manque de médecin (tel que les ophtalmologues).

      Bonne journée

  2. Si ce couple « sans-gêne » apparaît rustre et peu éduqué, on supposera qu’il n’est pas très riche et que payer ses 4 paquets par jour le ruine… Mais l’addiction au tabac fait vivre le puissant lobby du tabac et alimente les caisses de l’Etat au motif de la dissuasion… Peut-être peut-on dissuader les nouveaux fumeurs par ce mécanisme mais probablement moins les anciens… Face à une addiction, le prix n’est probablement pas le plus déterminant dans la prise de décision et la conduite d’un sevrage mais au moins les « vilains coupables » payent-ils le prix fort pour un objectif cohérent (taxes affectées à l’assurance maladie et à la protection sociale, paiement du lobby du tabac qui sera mettre de l’huile dans les rouages pour pérenniser son activité).

    En revanche, et heureusement pour ce couple dont le budget tabac rétrécie probablement les perspectives, le système de soins est encore assez ouvert: on peut consommer à loisir. Pris au piège de son addiction qui arrange beaucoup de monde, c’est un juste retour sur investissement! D’un autre côté le pronostic sera déterminé par la coronaire avec une espérance de vie réduite: voilà un autre retour sur investissement possible mais cette fois-ci pour l’Etat!

    Quelle belle régulation…

  3. Il y a ceux qui osent et ceux qui n’osent pas demander le plus au Docteur.
    Ici en Normandie, où l’offre de soins n’est plus aussi large qu’ailleurs, c’est presque quotidien pour moi de prendre le telephone pour prendre les RDV des patients à leur place car dans tel cas 2 mois d’attente n’est pas raisonnable..
    lorsque je ne pense pas qu’il soit indispensable de le faire , je ne le fais pas mais de plus en plus souvent comme dans ton exemple, les patients connaissant les difficultés demandent directement au MT de …faire le diagnostic, trouver le spé qui donnera l’avis ou fera l’examen complémentaire et …de prendre le RDV lui même.
    Consumérisme oui mais également un feed back lié à l’engorgement du systeme où les plus malins demandent le petit coup de main.

  4. Euh…Excusez moi , mais avant le consumerisme ineluctable, il y a moyen d’ éduquer les rustres et autres.dire NON .et quand tout le monde dit non pour les memes inepties ,tout rentre dans l’ ordre qui nous parait naturel des chose ,à savoir les vrais malades pris en charge selon les delais corretcs pour la pathologie et les autres (faux malades urgents engorgeur )chez eux.
    mais bon , je dis ça , je dis rien……..

  5. Les patients insupportables qui changent de médecins « comme ils le sentent », soit, il y en a, j’en connais MAIS ceux qui savent que le système est volontairement mis en pièce ( http://calamiite.wordpress.com/2011/11/21/la-sante-publique-nest-pas-pour-tous/ ), qu’il existe des solutions thérapeutiques mais parce que le praticien n’a pas/plus le sacerdoce médical mais goûte à son statut (je vous renvoie à l’un de vos précédents articles) ne s’implique pas plus que cela, il y a de quoi devenir dingue !
    Je sais que bien des médecins se décarcassent mais franchement, comment garder la « foi » quand tout part à vau l’eau ?
    Ce qui est vrai avec le secteur médical est valable avec celui de l’enseignement et de la sécurité (police, justice …), trois compétences que je regarde comme régalienne pour la bonne santé d’une société civile.

  6. Incroyable. Encore un peu et la médecine deviendra une branche d’un supermarché. Il faut beaucoup de patience pour gérer ce genre de personnes et arriver à leur apporter une aide mais c’est vrai qu’à un moment on devient tenté de leur dire ‘NON !’

  7. @sancho panse @réflexologie formation: Je partage votre avis d’autant qu’il s’agit d’avancer un rendez-vous existant… Dire « non » est raisonnable sauf argument clinique de gravité pour accélérer les choses.
    En revanche il est de mon point de vue préférable d’éviter un étiquetage négatif du couple de patients. Aussi désagréables soient ces deux patients, il s’agit bien de « vrais » malades et la perspective de rencontrer le chirurgien vasculaire pour au bout du compte se faire opérer n’a rien d’enviable… même pris en charge par la sécurité sociale !
    Après avoir éliminé une raison sérieuse d’accélérer le RDV et dire qu’il n’y a aucune raison de modifier la prise en charge du confrère, préférer un étiquetage plus positif et empathique explicatif du comportement du style « vous devez être particulièrement gênée par votre artérite et anxieuse ».
    J’ai du mal à croire que lorsqu’on souffre dans son corps (l’artérite est une maladie invalidante) ou dans sa tête (anxiété, dépression), on va consulter pour exprimer un besoin irrépressible consumériste. On consulte parce que ça ne va pas même si ce n’est pas ce qui apparaît au premier abord. Dire « non » est aussi l’occasion de recentrer le débat sur un problème essentiel: l’addiction au tabac… en évitant de porter un jugement. C’est peut être ce qui s’est passé.
    Parce que le traitement palliatif chirurgical améliorera peut être le périmètre de marche mais ne servira pas à grand chose si on passe à côté de l’essentiel…
    Un site qui me paraît intéressant « Tabac Humain »: http://www.tabac-humain.com/

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s