Déontovigilance 3

Un évènement parfaitement considérable, et le mot est faible, va se produire ce lundi.

En effet, c’est le jour choisi par le LEEM pour présenter au Monde son Comité de déontovigilance, le Codeem.

A l’heure actuelle, je ne connais que le nom de son président, Yves Medina. Yves Medina, est un confrère qui a 30 ans de pratique clinique derrière lui. Ses qualités humaines ont toujours été reconnues par les équipes soignantes des services qu’il a dirigés tout au long de sa fructueuse carrière, et surtout, ce qui me paraît le plus important, par ses patients qu’il a toujours mis au premier plan de ses préoccupations.

Clinicien exigeant, soignant de la maladie mais aussi de l’homme malade, homme simple détestant le langage technocratique, il a su aussi au fil des années bâtir une épreuve de titre tout à fait remarquable.

Enfin, il est un fin connaisseur du monde de l’industrie pharmaceutique qu’il n’épargne toutefois pas. Il a su en effet au fil des années garder son indépendance et son esprit critique. Il coopère depuis de nombreuses années à la Revue Prescrire dont il est l’un des animateurs les plus actifs. Il a été un des soutiens les plus solides de Irène Frachon dans son combat contre le Médiator®.

Ah Uhmm Euuhhhhhh, pardonnez-moi, je me suis trompé de fiche biographique.

Yves Medina n’a semble t-il jamais soigné un patient, jamais publié dans un journal médical, à ma connaissance jamais fait partie de la Revue Prescrire. et je ne sais pas si il est fin connaisseur de l’industrie pharmaceutique et du monde de la Santé en général.

Sa carrière est néanmoins tout à fait remarquable puisque ce Conseiller-maître honoraire à la Cour des Comptes a été associé PWC (pas IWC, ni une marque de sanitaires, mais PWC, le cabinet d’expertise-comptable, d’audit et de conseils), et vice-Président de l’ORSE (Sociétal, mot compte triple). Ah oui, il est aussi déontologue (quand même!).

Le reste de sa biographie est dans le Who’s Who (6€ pour la bio complète).

Je présume que le LEEM va rapidement organiser des cours de rattrapage pour le mettre à niveau.

En exclu, le programme du premier cours:

Comprendre les notions de:

  • Patient
  • Médecin
  • Rapport risque/bénéfice d’un Médicament
  • Visiteur médical

The right man at the right place!

Vivement la liste des autres membres du Codeem, mais déjà son Président m’a fait rêver.

Cette histoire me fait penser à ce Voutch. Merci Dominique pour la référence!

(Déontovigilance et Déontovigilance 2)

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

10 thoughts on “Déontovigilance 3”

  1. C’est un curieux monde que celui ou chacun s’autorise à avoir un avis sur tout et sur tout le monde, usant d’une plume acerbe, regrettant au nom d’une arrogance carabine, que ce Monsieur fort brillant et honorable, n’ait pas fait médecine. Il est vrai que si l’on est pas médecin, on connait rien à rien, et le reste du monde est idiot. Je suis heureux, en tant que gastro-entérologue de ne pas me reconnaitre dans cette forme de corporatisme excessif. Un peu d’humilité que diable! Si vous connaissiez Mr Médina, vous auriez écrit tout autre chose. Mais vous êtes pardonné, vous aviez une chance sur deux de vous tromper! Bien confraternellement.

    1. « C’est un curieux monde que celui ou chacun s’autorise à avoir un avis sur tout et sur tout le monde… »
      C’est un monde pour lequel plein de gens ont donné leur vie.
      « Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur. »
      C’est d’ailleurs pour cela que j’ai le plaisir de publier votre commentaire.
      Néanmoins, dans votre commentaire, je ne discerne aucun argument qui montre que j’ai eu tort de blâmer.
      Enfin, blâmer est un grand mot.
      Mais pour cette nomination hautement stratégique et dans un domaine aussi pointu, n’y avait-il donc aucun médecin ou pharmacien disponible ayant des compétences en déontologie?

      1. Ah?
        Moi, je croyais que Mr. était l’abréviation de Mangeur de Reptiles, et non un horrible anglicisme.
        Le LEEM risque en effet de faire avaler beaucoup de couleuvres à ce brave homme.

  2. Moi je suis contente quand des ministres de la santé sont aussi médecins par exemple: il peuvent comprendre les difficultés liées à l’exercice médical, et surtout obéissent à un code de déontologie
    ( s’ils ne le font pas, du moins en sont-ils très conscients).
    Pour moi c’est la première marche incontournable.

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s