Modifications mineures

Deux petites modifications sur ce blog:

  • J’ai réécrit une petite partie de la page « A propos », et surtout « Contacter l’auteur« , afin de bien préciser noir  sur blanc ma politique éditoriale.

La malade imaginaire

Quarante-cinq ans, environ, elle arrive dans ma salle, s’assoit, regarde mon bureau vide, hormis ma petite fiche, et constate « Je vois que vous n’avez par reçu le dossier de ***« .

*** étant un grand CHU parisien.

Je m’inquiète car en fin de vacation, sans document, je n’avais pas envie de démêler l’écheveau probablement compliqué d’une cardiopathie complexe, rare et potentiellement inquiétante.

Une cardiaque suivie par ***, ça intimide aussi un peu le petit cardiologue de province que je suis.

Car la patiente est vue tous les 6 mois à ***, c’est dire comme c’est grave!

Comme indication, elle me tend son traitement: une bithérapie anti-hypertensive (une combinaison récente, amlodipine+valsartan ), une statine et du Levothyrox®.

Je suis quand même surpris, rien de bien fascinant.

Je m’attendais à un diurétique, un anticoagulant, un ou plusieurs antiarrhythmiques, enfin bref, un vrai traitement de cardiaque.

Elle me parle alors de ses adénomes de graisse aux carotides.

Uhmmm, une tumeur glomique suivie comme le lait sur le feu à ***?

En fait, non, ce sont plutôt des plaques d’athérome, a priori pas bien inquiétantes, puisqu’on les lui surveille tous les 2 ans. Par ailleurs, elle n’a même pas d’antiagrégant plaquettaire.

Ah oui, elle fume 1 paquet par jour.

Elle me tend alors un bilan que je regarde à peine, puis l’invite à se coucher sur la table d’examen.

« Mais, vous ne regardez pas le bilan!! » s’exclame-t-elle.

Ben non, je le regarderai après, pourquoi?

« Parce qu’à ***, ils me le font faire tous les 6 mois et me convoquent pour le lire ».

Le bilan est on ne peut plus simple: NFS, plaquettes, bilan lipidique, iono, urée, créatininémie et bilan thyroidien.

Je m’attendais à des marqueurs, des enzymes, des co-enzymes, au moins un BNP, bref un solide bilan de médecine interne  pour patient grave.

Tout est normal

Mon examen clinique est normal, sa tension est à 110/80.

Je lui dis alors une chose qui l’a stupéfaite: « Il me reste à récupérer votre dernier doppler des carotides, mais je crois que vous n’avez rien ».

Depuis des années, on la convoque tous les 6 mois dans un service d’un grand CHU parisien pour une HTA parfaitement équilibrée par une bithérapie, et probablement quelques plaques d’athérome chez une patiente tabagique et peut-être dyslipidémique, mais avec un LDL inférieur à 1 g/L sous statine.

Depuis des années, elle attend sa consultation et son bilan avec angoisse.

Depuis des années, on l’a knockisée, on l’a rendue malade au sens propre et figuré.

Depuis des années, elle fait l’objet de bilans qui justifient l’existence d’un service du CHU, et donc l’activité de la floppée de praticiens qui y « travaillent » (18 d’après un agrégé que j’ai consulté pour savoir si il les connaissaient. ils les connait bien), et qui doivent être rendus nerveux par l’arrivée de la T2A.

Je lui ai dit que je ne ferai pas de nouveau bilan avant d’avoir vu les siens.

Elle paraissait déçue de ne plus être une malade asymptomatique mais néanmoins grave, objet de toutes les sollicitudes de l’équipe d’un très grand hôpital parisien.

Je pense que je ne la reverrai pas.

Iconographie (2)

Petite vacation sympa de vasculaire, rien d’extraordinaire mais de belles images:

Photobucket

Une anévrisme de l’aorte abdominale sous rénale de 53 mm de diamètre, peu de temps après l’implantation d’une endoprothèse dont on voit parfaitement les deux branches en coupe transversale.

Photobucket

Une autre endoprothèse, mais carotidienne cette fois, et en coupe transversale. On voit particulièrement bien les mailles de l’endoprothèse.

Photobucket

Une surveillance d’une endartériectomie récente. Pas facile à deviner si, comme c’était le cas, le courrier médical ne mentionnait pas cet important antécédent dans le cadre d’un echo-doppler des carotides! Heureusement, la cicatrice cutanée m’a attiré l’œil. ACC: artère carotide commune, ACE, externe, ACI, interne.

Photobucket

Photobucket

Le même patient. En haut, le flux dans l’artère iliaque externe droite, en bas dans la gauche. Le flux de cette dernière est « démodulé », on pourrait dire émoussé, et il existe un flux diastolique (entre chaque pic). Ces signes indirects signent donc une sténose très serrée, plus vraisemblablement une thrombose sur l’iliaque. Mais comme le patient avait un ventre énorme, j’ai été incapable de la voir. Le scanner ou une artériographie confirmera (j’espère).

Blogs et transparence

Un article du NYT annonce que les autorités américaines vont imposer aux blogueurs certaines règles de transparence lorsqu’ils parleront dans leurs notes de produits ou services commerciaux. Ces règles seront les mêmes que celles qui encadrent la pratique des « témoignages » commerciaux depuis 1980.

Ce changement est intéressant, car il confirme l’importance prise par les médias sociaux et les blogs dans les stratégies commerciales des publicitaires et des industriels. L’industrie pharmaceutique s’y intéresse d’ailleurs de plus en plus. Depuis quelques temps, je m’intéresse à leur intérêt, et c’est pourquoi je suis notamment cet excellent compte Twitter et celui de John Mack.

Hier, on m’a proposé de parler gratuitement (ouarff) d’un concept, qui a été étrillé avec justesse par Dominique Dupagne (ici et ici) et le Formindep. L’entame du message loue mon talent immense, qu’il ont cru discerner en lisant attentivement Grange Blanche. Bon, passé la première phrase, et étant donné ce dont ils me proposaient de parler, je me suis rendu compte que la seule ligne qu’ils avaient lue était de toute évidence la quatrième du classement santé Wikio où je me trouve. D’ailleurs, le message a été envoyé le lendemain de la publication du classement du mois d’octobre.

(Pour ceux que ça intéresse, j’ai fait mordre la poussière à Antoine Flahault, mais c’est un autre grippologue de circonstance qui m’est passé devant. Je crois que je vais me faire vacciner pour aider à l’éradication de ce satané virus, uniquement pour regagner « ma » troisième place.)

Enfin, aucun rapport, j’adore la photo du NYT avec cette très avenante blogueuse rousse qui navigue sur la toile dans un décor tellement new-yorkais. Dommage que le NYT ne lui ait pas laissé la parole, elle avait des choses à dire sur le sujet.

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°


Soon, Bloggers Must Give Full Disclosure. By Tim Arango. The New York Times. Published: October 6, 2009