Transparence.

Dans la revue Prescrire du jour, se trouve une enquête intéressante sur le degré de transparence appliqué par l’EMEA, l’agence européenne du médicament.

Prescrire demande régulièrement l’accès aux données, notamment pharmacologiques, que possède l’EMEA, données sur lesquelles se base cette agence pour délivrer l’AMM européenne des médicaments évalués.

En général, l’agence répond de très mauvaise grâce, souvent après plusieurs relances.

Prescrire a mis en ligne le document d’évaluation concernant le rimonabant que l’EMEA a bien voulu lui transmettre.

Ce document est consultable ici.

C’est un véritable foutage de gueule technocratique, puisque seulement 2 pages sur 68 ne sont pas censurées.

L’agence se retranche derrière la notion de secret industriel…

Finalement, il est difficile de savoir ce que l’EMEA a pour but de défendre: les intérêts commerciaux des firmes ou la santé publique des citoyens européens.

Une partie du dossier que consacre Prescrire à ce problème d’opacité est disponible librement ici.

Dans le même numéro, la revue revient aussi brièvement sur l’opacité qui règne au niveau des déclarations des liens d’intérêts des experts de l’HAS et des médecins qui s’expriment dans les médias.

Laissez une réponse

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.