Synchronisations

J’ai un rêve.

Ce serait de pouvoir synchroniser à distance le calendrier de mon iPhone avec le carnet de rendez-vous tenu par ma secrétaire.

Actuellement, ce carnet de rendez-vous est sous forme papier. Mais plus pour longtemps, vous allez comprendre pourquoi.

Comme je travaille dans plusieurs endroits et que chacun de notre côté nous prenons des rendez-vous, il nous arrive parfois de malencontreuses collisions d’agendas. Par ailleurs, comme ma secrétaire ne m’est pas exclusive (elle s’occupe aussi du secrétariat de la clinique) elle n’a pas forcément le temps de me contacter après chaque appel de patient pour me demander si je peux le recevoir ou non.

Je réfléchis donc depuis quelques temps à un moyen de synchroniser nos agendas à distance.

Apple a créé le service Mobile Me qui répond en grande partie à mon problème.

J’ai donc profité de la période d’essai de 60 jours et je me suis fait une idée aujourd’hui.

La synchronisation se fait par le mode « push« . Je tape un rendez-vous sur mon iPhone dans la cuisine, et quelques minutes plus tard, il apparait sur mon PC dans le salon, sur le serveur de Mobile Me. L’inverse fonctionne très bien aussi.

J’ai aussi testé pour rire l’option qui permet de géolocaliser son iPhone perdu et même d’envoyer un petit message pour amadouer le potentiel voleur, ou donner ses coordonnées à la bonne âme qui désire vous le rendre. On peut aussi le remettre à zéro à distance (ça, je ne l’ai pas essayé!).


Photobucket

 


Photobucket

 


Photobucket

Bon, c’est bluffant, mais deux petites choses m’ont chiffonné.

La première est que l’utilisation de l’agenda de Mobile Me ne m’a pas paru très intuitif.

Et ça, c’est rédhibitoire pour ma secrétaire.

Deuxième problème, c’est le coût de l’abonnement qui est de 79€ par an.

Pas excessif, mais j’ai trouvé peu de temps après une solution plus élégante et totalement gratuite.

Bien entendu, pour le prix de la gratuité, je perds la géolocalisation, et tout ce qu’apporte Mobile Me, l’espace de stockage, les galeries de photos…, à l’exception de la synchronisation des agendas.

Mais comme c’est justement ça qui m’intéressait au tout premier plan, je n’ai pas hésité à résilier ma période d’essai chez Apple.

Première étape: créer un compte Gmail pour avoir accès à Google Agenda qui est particulièrement simple à utiliser. (coût=0)

Deuxième étape, créer un compte NuevaSync. (coût=0)

Troisième étape, créer un compte Exchange sur son iPhone afin de se connecter avec le serveur de NuevaSync. (coût=0)

Et voilà!


Photobucket

Photobucket


Vous trouverez toutes les explications dans cette note de GuiM.fr.

Merci à Guillaume Frat, que je ne connais pas, mais qui a toute ma reconnaissance pour m’avoir fait découvrir cette astuce.

Enfin, pour ceux qui se demandent ce qu’est le « Jacobite Train », allez voir ici. J’espère que ce voyage sera très sympa, en tout cas, quelque soit la météo, la  locomotive à vapeur seule devrait déjà rendre les garçons hystériques!

 

 

Edition du 06/08/09: je suis probablement en retard de quelques mois, mais Google a un service, Google Sync directement intégré à Google Calendar et Google Agenda qui permet de se passer de NuevaSync. Je n’ai pas testé, étant très content de ce dernier, mais ce n’est pas inutile de savoir qu’une alternative existe, au cas où…

Transparence.

Dans la revue Prescrire du jour, se trouve une enquête intéressante sur le degré de transparence appliqué par l’EMEA, l’agence européenne du médicament.

Prescrire demande régulièrement l’accès aux données, notamment pharmacologiques, que possède l’EMEA, données sur lesquelles se base cette agence pour délivrer l’AMM européenne des médicaments évalués.

En général, l’agence répond de très mauvaise grâce, souvent après plusieurs relances.

Prescrire a mis en ligne le document d’évaluation concernant le rimonabant que l’EMEA a bien voulu lui transmettre.

Ce document est consultable ici.

C’est un véritable foutage de gueule technocratique, puisque seulement 2 pages sur 68 ne sont pas censurées.

L’agence se retranche derrière la notion de secret industriel…

Finalement, il est difficile de savoir ce que l’EMEA a pour but de défendre: les intérêts commerciaux des firmes ou la santé publique des citoyens européens.

Une partie du dossier que consacre Prescrire à ce problème d’opacité est disponible librement ici.

Dans le même numéro, la revue revient aussi brièvement sur l’opacité qui règne au niveau des déclarations des liens d’intérêts des experts de l’HAS et des médecins qui s’expriment dans les médias.

Vacances!

Lundi,toute la famille s’envolera pour un séjour de 15 jours en Écosse.

Enfin!

J’avoue que ces derniers jours, je n’ai prêté qu’une demi oreille aux soucis de mes patients, et à la maison, je commençais à être ronchon.

A partir d’un certain seuil, j’ai beau se concentrer très fort, les problèmes des patients (et aussi de la maison, il faut bien le dire) viennent glisser sur mon esprit comme l’eau sur les plumes d’un canard. Heureusement, je n’ai rien eu de très urgent à gérer.

Vivement les landes au bord de la mer, les lochs et les vieux châteaux pour me vider l’esprit.

Comme d’habitude, nous n’avons rien prévu hormis la première nuit et la location de la voiture.

On n’a même pas esquissé le moindre itinéraire, on verra sur place avec le guide vert!

Mon seul petit souci est la barrière de la langue que je lis bien mais ne parle quasiment plus.

En plus, l’accent écossais est connu pour être difficile à comprendre.

Une petite vidéo qui ne me rassure pas un brin, la délicieuse Sharleen Spiteri de Texas, qui cause de je ne sais pas trop quoi dans cet entretien:

On verra bien…

Ce blog va donc s’interrompre 15 jours.

Comme chaque année, je vais essayer de trouver un texte à publier pour vous faire passer le temps pendant cet entracte.