Publicité pour produits de santé et médias sociaux

Vous savez que je suis un fan des comptes-rendus de la commission de contrôle de la publicité de l’Afssaps. On y trouve souvent quelques perles, mais aussi des mises au point intéressantes.

Le compte-rendu de la commission du 08/07/2011 amorce un débat contradictoire sur une publicité pour un produit anti-poux qui pourrait avoir Facebook comme support. Ca commence page 11. Pour les flemmards du clic, en voici le texte intégral:

0994G11 Support : page Facebook
Aucune situation de conflit d’intérêt important susceptible de faire obstacle à la participation des membres de la commission aux débats et à la délibération n’a été identifiée ni déclarée sur ce dossier.

Cette publicité en faveur d’une gamme de spécialités indiquées dans le traitement des poux et des lentes du cuir chevelu (poux de tête) est une page promotionnelle créée sur le site Facebook.

Le groupe de travail souligne que ce nouveau support publicitaire soulève différentes problématiques :

1) La fonctionnalité « partager » est un lien qui permet l’intégration en l’état de la page promotionnelle sur la page Facebook personnelle de l’internaute qui le souhaite ou sur la page Facebook personnelle d’un ami si celui-ci l’a autorisé ; la fonctionnalité « partager » permet également la transmission à un ami de la page promotionnelle au sein d’un message privé. Or, s’il n’est pas possible de modifier l’élément transmis lui-même, il est d’une part possible de lui accoler un contenu libre dans le message privé, et d’autre part possible de lui accoler un commentaire lors de sa publication sur une page Facebook personnelle ; dans le cas d’une publication sur une page Facebook personnelle, l’ensemble (page promotionnelle + commentaires) sera visible par le réseau social de la personne concernée, réseau social qui pourra à son tour rédiger un commentaire accolé à cette publication, approuver la page promotionnelle en appuyant sur un bouton « j’aime » ou intégrer à son tour la publication sur sa page Facebook personnelle pour la partager avec son propre réseau social.

Or, le contenu de ces commentaires n’étant pas contrôlable, il est par conséquent susceptible de contrevenir aux dispositions du code de la santé publique relatives à la publicité grand public.

Il est ainsi rappelé qu’à la suite de la séance de la commission du 11 mai dernier, une application pour
téléphone i-phone intitulée « [marque ombrelle] i-Pollen » a été refusée, dans la mesure où la plateforme commerciale Apple-store laisse aux internautes la possibilité de donner leur avis sur les différentes applications s’y trouvant ou encore d’envoyer des messages électroniques à leurs contacts pour leur recommander des applications, ces avis et messages n’étant pas maîtrisables.

2) La fonctionnalité affichant le nombre de « personnes aiment ça » pourrait constituer une attestation de guérison ce qui serait contraire à l’article R. 5122-4 du code de la santé publique.

3) Par la fonctionnalité « événements de vos amis », des événements auxquels participent les amis de la page promotionnelle peuvent être évoqués ; la fonctionnalité « vous connaissez peut-être » présente des amis pouvant être communs ; or, ces deux fonctions pourraient mettre en avant des personnes connues ou des professionnels de santé et contrevenir ainsi à l’article R. 5122-4 6°) du code de la santé publique qui stipule qu’une publicité pour un médicament auprès du public ne peut comporter aucun élément qui se référerait à une recommandation émanant de scientifiques, de professionnels de santé ou de personnes qui, bien que n’étant ni des scientifiques ni des professionnels de santé, peuvent, par leur notoriété, inciter à la consommation du médicament concerné.

Ainsi il est proposé à la commission de refuser ce nouveau support.

AVIS DE LA COMMISSION :

Un membre de la commission demande s’il serait réalisable de bloquer les différentes possibilités jugées problématiques par le groupe de travail.

L’Afssaps précise que ces différentes possibilités font partie des fonctionnalités inhérentes à Facebook, et qu’il n’est techniquement pas envisageable pour le laboratoire de les limiter. Plusieurs membres de la commission estiment que ce support publicitaire n’est pas acceptable.

A l’issue des délibérations, il est procédé à un vote à main levée dont les résultats sur 21 votants sont :

– 18 voix en faveur de refuser l’octroi d’un visa à cette publicité

– 3 abstentions.

A suivre, car fort intéressant, et les enjeux sont énormes…

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

2 thoughts on “Publicité pour produits de santé et médias sociaux”

  1. Eh oui les enjeux sont énormes… c’est bien pour ça que les firmes, malgré les refus répétés de l’ AFSSAPS de laisser diffuser ces publicités, continuent à soumettre régulièrement dans leur demande de visa publiciitaire avant diffusion( contrôle de l’ agence avant diffusion pour la publicité grand public) des messages utilisant ces supports ou ces média,en espérant peut-être une défaillance ponctuelle de l’ agence noyée sous les milliers de demandes de visas publicitaires…

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s