Les TdeJ

Une Bible trône sur la tablette à côté d’un verre d’eau aux trois-quarts vide.

La dame est souriante dans son lit. Le monsieur, une bonne bouille bien sympathique, me regarde droit dans les yeux en souriant.

Le caractère enjoué de la conversation tromperait sans doute un témoin qui rentrerait alors dans la chambre. La situation est grave.

Madame a une bombe à retardement, qui a déjà miraculeusement fusé une fois dans la poitrine. Miraculeusement et pas médicalement, car la première fois, ils ont tous les deux, en toute conscience, refusé l’intervention indiquée en urgence car il aurait alors fallu très probablement la transfuser. La bombe n’a pas explosé, la situation s’est stabilisée, mais une intervention est néanmoins nécessaire à court terme. Alors on attend en écoutant le tic-tac. Ah oui, j’oubliais, la transfusion autologue est interdite, on ne peut même pas la mettre en place pour une intervention devenue un peu moins urgente. C’est déjà difficile de nager avec des chaussures en plomb, mais on va aussi attacher une main dans le dos pour que la tache des soignants soit encore moins facile. Par contre, ni la CEC, ni le Cell-Saver sont interdits. Va comprendre ça, Charles. Ces subtilités médico-religieuses me dépassent complètement (une histoire de continuité de circuit…).

C’est la première fois que je rencontre en situation professionnelle des TdeJ sympas, très sympas même. En dehors du boulot, ils ne vont pas plus loin que mon portail.

Madame et son époux sont aussi sectaires que les autres, et pour des motifs religieux, ils mettent en péril la vie de la dame apparemment sans aucun questionnement ou scrupule. Pour moi, c’est bien la plus misérable chose qu’un être humain puisse faire. Aucune religion ou croyance ne devrait induire un risque pour la vie du croyant ou d’autrui.

Mais ce sont mes patients, alors je les respecte. Par ailleurs, comme ils sont très agréables, on a fini par sympathiser. Je ne soigne pas des TdeJ, mais des êtres humains, qui par ailleurs ont cette croyance.

Leur organisation a une logistique assez remarquable. Le dossier médical de la dame a été transmis à des équipes chirurgicales qui seraient susceptibles de l’opérer sans la transfuser. Le « coordinateur » a trouvé une équipe à l’autre bout de la France.

Je suis chargé « d’optimiser » son hémoglobine. Le monsieur m’a proposé avec beaucoup de tact l’aide d’un hématologue afin de m’aider dans cette tâche. Une famille d’accueil va assurer leur hébergement avant et après l’intervention…

Toute cette logistique afin de respecter une foi aberrante, quel gâchis.

Bon, ce n’est pas un gâchis pour tout le monde car le chirurgien, qui n’est pas un TdeJ, exploite le bon filon depuis des années et leur demande un très confortable dépassement d’honoraire. Les patients savent parfaitement qu’il abuse. L’explication qu’il leur a sortie est quand même assez abracadabrantesque: L’intervention est délicate, il me faut doubler l’équipe chirurgicale et anesthésique. Il veulent faire une partie de rugby pendant l’intervention?

Mais les patients paieront quand même, au nom de la foi.

Depuis que je m’occupe de la dame, j’ai un peu fouiné sur la toile, et j’ai trouvé quelques textes intéressants sur les TdeJ, les problèmes spécifiques qu’ils nous posent, mais aussi d’un point de vue un peu plus général sur la problématique de la liberté du patient:

Respectons la vie et le sang. (site officiel des TdeJ).

Le refus de soin conscient ou inconscient. (Inserm)

Le rapport de la Miviludes. (2005)

Un texte intéressant paru dans le journal Le Monde en 2002.

Éthique médicale et Droits de l’Homme. (cours de P1 Bichat-Lariboisière).

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

11 thoughts on “Les TdeJ”

    1. Un seul problème rencontré depuis mes débuts, mais assez récemment: un homme (barbu) a refusé de me laisser faire une échographie cardiaque à son épouse (voilée).
      Sinon, les patients musulmans sont dans ma pratique quotidienne comme les autres. La religion cède la place à leur santé. Pour le Ramadan, les patients ne respectent pas le jeûne, quitte à s’acquitter d’une Zakat (5€ selon wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Zak%C3%A2t#Zak.C3.A2t_al-Fitr ).

      Idem pour les juifs et les autres chrétiens.

  1. Il me semble que la Religion devient un problème quand le croyant oublie pourquoi telle ou telle chose a été édictée à une époque donnée.
    Elle devient également un soucis quand ses « ministres » privilégient la « direction des consciences ».
    Bref, c’est un véritable problème d’éducation, religieuse et culturelle.

  2. Si le patient est considéré comme sain d’esprit et responsable de ses décisions, cela ne fait que rentrer dans le libre choix de se soigner ou ne pas se soigner… Mais allez parler de ce cas de figure aux équipes de soins pédiatriques, quand le patient, mineur, est par définition incapable d’exercer un libre arbitre éclairé …imaginez les procédures urgentes de déchéance d’autorité parentale auprès du procureur et les tensions engendrées… De même, je suis assez mal à l’aise d’observer que le refus de l’ ETT est du fait du mari, et non de de la patiente elle-même, a priori majeure et libre de SES décisions…

  3. Et s’ils la transfusent sans rien dire , que se passe t il ??
    Cela ne se voit pas , il suffit de ne rien dire !!
    C’est le genre de truc qui me dépasse , etre borné à ce point !

    Ou alors ,qu’ils prennent leur responsabilité jusqu’au bout ::qu’ils se laissent mourir et ils seront ainsi en paix avec leur religion.

    1. Et si je baise ta femme sans rien dire, que se passe-t-il ?
      Cela ne se voit pas, il suffit de ne rien dire !

      Sérieusement, c’est l’idée : plutôt se laisser mourir qu’accepter une transfusion, même autologue.

      1. Uhmmmmmm.
        Ici, nous sommes habitués à exprimer nos opinions en respectant l’autre et en essayant d’être ni grossier ni blessant.
        Tu aurais pu prendre l’exemple du Wi-Fi, je pense que l’image aurait parlé à tout le monde, non?

        1. Il s’agit bien de respecter les choix du patient, même si on les trouve débiles ou absurdes.

          Je suis certain que je ne t’apprends rien.

  4. Ne rien dire ? Ethiquement, c’est difficile, c’est même une violation des droits du patient, non ? Finalement, c’est pas beaucoup plus compliqué que de ne pas s’arrêter de fumer, non ? OK, je sais, j’extrapole.
    Je n’ai encore rencontré qu’une seule fois un souci d’ordre culturel (non religieux, ne m’a pas semblé spécifiquement culturel, mais la belle-soeur jurait que si, alors…).
    Je suis interne, actuellement en gynéco, et j’ai dû expliqué à une homme que sa femme n’était pas responsable de sa fausse couche. Très difficile surtout devant un homme sceptique, manifestement très gentil, il prenait tout avec le sourire, il n’était pas particulièrement fâché que sa femme ait fait une fausse-couche, mais il la tenait pour responsable et n’a jamais lâché prise… C’était choquant et assez incroyable !

  5. Quant à moi, j’ai découvert tout un pan de la médecine :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Bloodless

    http://www.noblood.org

    Les Témoins de Jéhovah font appel à la chirurgie sans transfusion. Cette chirurgie est en plein développement, et c’est profitable pour tout le monde. La transfusion comportant des risques, rares mais graves.

    Le Cell-Saver est accepté ou refusé. Mais y a-t-il vraiment en chir un usage du Cell-Saver qui maintient la circulation continue ? Ne pas trop chercher à savoir joue aussi, bien sûr. Si un certain flou peut sauver ma vie sans perturber ma foi, ma foi… ;-)

  6. La superstition, l’ignorance et la stupidité sont une chose. Le libre choix c’en est une autre. Lorsque ce sont les premiers qui guident le « libre choix » on peut évidemment s’attendre à ce que certaines histoires finissent mal. Faut bien que les lauréats du prix Darwin soient récompensés. http://mdessus.free.fr/doc/darwin.html

    Mais blagues mises à part, ça aussi ça fait partie du « libre choix » et encore heureux qu’il y ait la liberté thérapeutique, bien que celle-ci soit bien mise à mal par certains intérêts privés. Le Dr Benjamin Rush, médecin de George Washington et signataire de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis en 1776, avait prévenu : « À moins que nous n’incluions la liberté thérapeutique dans notre Constitution, la médecine installera un jour une dictature que nous sommes incapables de concevoir pour le moment. »

    On peut s’opposer à la transfusion sanguine pour diverses raisons. Ils y a suffisamment de scandales médico-politiques (sang contaminé, pollutions diverses, mensonges…) pour insécuriser les plus vaillants.
    http://omnium.chez.com/lettre-info-fevrier-2011.htm

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s