Remboursement des dispositifs d’auto-mesure de l’INR

Les dispositifs d’auto-mesure de l’INR vont être bientôt remboursés chez les adultes porteurs d’une prothèse mécanique, 9 ans après le remboursement chez les enfants. Ce remboursement suit cet avis de la HAS en mars 2016.  Comme le stipule l’arrêté du 28/07/17, ce remboursement sera possible chez les patients ayant bénéficié d’une formation spécifique. J’ai toujours beaucoup apprécié le travail de Agnès Pelladeau de AVK-control, et je suis content de ce remboursement.

Je ne pense pas que l’auto-mesure de l’INR puisse être généralisable à tous les patients et tous les médecins, à mon sens cela n’est pas le but, mais il permettra certainement une meilleure implication du patient dans son traitement. Il permettra aussi d’épargner le capital veineux des patients qui sont sous AVK à vie, et très probablement une meilleure réactivité en cas d’incident.

Comme le sujet m’intéresse et que j’assure déjà une formation sur les AVK dans l’HDJ de la clinique où je travaille, j’ai contacté Roche-Diagnostics afin de bénéficier d’une formation pour que mon centre devienne formateur.

Comble du bonheur, la formation a lieu à Lyon (et aussi Paris)…

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

15 réflexions sur « Remboursement des dispositifs d’auto-mesure de l’INR »

  1. C’est une bonne idée qui facilitera la. Ie à beaucoup de personnes. Ma mère, 86 ans, est sous coumadine depuis des années et ce, pour toujours suite à un AVC . Ca eviterait qu’elle aille au laboratoire et que je m’organise pour l’accompagner, mais surtout qu’elle se fasse piquer toutes les 2/3 semaines car ses veines s’en ressentent

  2. Bonsoir,

    J’apprécie toujours les notes de Grange Blanche ! Merci beaucoup.

    Nous esperons que les patients sous AVK ne pouvant bénéficier des Nacos pourront á court terme obtenir une prise en charge de l’automesure….
    Cordialement,

    Agnès Pelladeau
    Présidente Association AVK control

  3. Mon père, qui a un traitement anticoagulant post EP s’était renseigné et s’en est procuré un il y a 1 an et l’utilise très régulièrement pour son suivit. Honnêtement, le connaissant, il aurait laissé tombé les mesures au laboratoire et aurait continué ses doses à l’instinct ( ce qui aurait fait hurler l’interne que je suis). Donc en me basant sur mon échantillon de 1 patient totalement non significatif, je suis contente que ça commence à se démocratiser.

  4. Portugal : controles INR par dispositif d’automesure sont réalisés par les infirmières dans les centres de santé avec l’aide d’un logiciel qui propose la posologie en fonction des résultats et de l’historique du patient (validé par le médecin en cas de doute).Les patients repartent avec une feuille imprimée avec les doses journalières jusqu’au prochain controle (sous forme d’agenda avec les comprimés dessinés: 1/4 172 3/4 etc..).Presque tous sont sous Varfine.
    j’en ai l’expérience depuis 4 ou 5 ans maintenant, ça fonctionne très bien. ce n’est pas vraiment de l’automesure puisqu’il faut se déplacer au centre de santé mais beaucoup moins lourd que la prise de sang et le labo. Je n’ai pas les chiffres mais mes patients sont beaucoup mieux équilibrés avec ce système et il n’y a plus de patients « fugitifs » qui ne font pas de contrôle. Peu de mes patients (âgés , zone rurale, beaucoup sont analphabètes) seraient capables de gérer une automesure, mais dans un autre contexte ça doit fonctionner très bien.

    1. Personne ne va me lyncher, tout le monde sait au Portugal que l’analphabétisme est un héritage de la dictature, pas une insulte ni un jugement de valeur.
      Mais au lieu de raconter tout ça, ce que je voulais dire c’est mon étonnement que en France en 2017 il y est encore des gens obligés de faire leur INR par prise de sang alors que ça peut se faire par piqûre au doigt avec résultat immédiat, et que l’auto mesure n’est pas la seule solution. Et qu’un logiciel qui te propose la prochaine dose et la date du prochain test c’est très pratique.

        1. Oui, mais je ne me souviens plus du nom, mercredi matin, de retour au travail, je pourrais t’envoyer ça.

  5. Le CRÉATIF à l’hôpital Lariboisière utilise un logiciel pour l’adaptation des doses, comme d’autres CAC (cliniques des anticoagulants) d’ailleurs

    Agnès Pelladeau

          1. Le CRÉATIF travaille sur une nouvelle version de leur logiciel.
            Il devrait être déployé fin 2017 mais est pour le moment uniquement destiné au CRÉATIF.

            Il est développé avec une structure qui permet de pouvoir l’ouvrir à d’autres équipes gérant ses propres patients mais cela n’est pas encore d’actualité et posera probablement quelques questions juridiques relatives au logiciel métier dans le domaine médical comme celle relevant de la responsabilité médicale

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s