Le m-patient

Depuis quelques temps, je lis pas mal de choses sur l’évolution de la relation médecin/patient qui s’aventure sur le chemin de la télémédecine.

Je n’ai pas d’avis bien tranché sur la question, je ne sais pas si ce type de relation est positive ou négative mais j’ai un exemple qui me semble intéressant.

Le patient en question a la petite cinquantaine, un poste à responsabilités (c’est un euphémisme) dans une banque privée. Son expertise fait que sa vie est une succession de trajets, de réunions, de rendez-vous. Il n’a pas le temps de se soigner, et il faut bien dire qu’il est un peu négligent sur sa santé.

Depuis des années, donc, il néglige une HTA et depuis peu un diabète.

Je l’ai rencontré vers mars 2013.

Sa puissance de travail, sa détermination, son exigence et son professionnalisme m’ont impressionné d’emblée. Je pense qu’au travail, il doit être du genre « tueur ». Il se met en quatre pour ses clients, et il vaut probablement pas se mettre entre lui et ses objectifs.

Je me suis demandé comment l’aider à  gérer son problème d’HTA…

Je l’ai d’abord fait hospitaliser dans un service spécialisé au CHU. Ça a été un drame. Mon tueur (je l’appelle comme ça, mais il est tout ce qu’il y a d’agréable, par ailleurs) a fait la connaissance du CHU marseillais, son bordel épique, son personnel parfois haut en couleurs…

Bref, une boucherie.

Il est quand même sorti (en claquant la porte) avec un traitement.

Et je me suis à nouveau demandé comment l’aider…

Puis nous avons adopté le SMS, naturellement, sans le préméditer.

Il est donc  venu me voir en mars, puis en mai et consulte (pas assez régulièrement) son médecin généraliste .

Voici quelques SMS d’un échange qui dure depuis début avril 2013.

Parfois plusieurs semaines séparent les SMS. L’initiative de contacter l’autre est partagée. Quand je n’ai pas de nouvelles depuis trop longtemps, je lui envoie un SMS pour savoir comment il va.  Les trois derniers SMS datent d’aujourd’hui.

sms0sms1sms2sms3sms4sms5sms6sms7sms8sms9sms10sms11sms12sms13sms14

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

8 thoughts on “Le m-patient”

  1. C’est en effet un sujet bien compliqué
    Première constatation : c’est bien agréable de lire cet échange, plein d’humour et d’humanité !
    Personnellement, j’inscris mon adresse mail sur toutes mes ordos, mais jamais non numéro de portable : je suis très à l’aise avec un clavier, beaucoup moins avec un écran de smart phone.
    J’aurais tendance à penser que la communication électronique devrait dans l’idéal enrichir la relation thérapeutique, mais pas se substituer aux rencontres physiques, mais le cas – rare heureusement – du patient hyperactif qui n’a pas ou ne prend pas le temps de venir voir un médecin constitue un cas particulier.
    Petit détail : pour un libéral, du temps passé en échanges électroniques avec un patient, c’est du temps de travail bénévole – la solution serait évidemment la capitation, mais beaucoup de résistances dans le monde médical actuellement.

  2. Moi c’est avec un patient sous anticoagulant que nous nous envoyons des SMS, toute une littérature. C’est simple et ça ne dérange personne.
    Et des mails avec un patient qui a une récidive de cancer. Il en profite pour m’envoyer de la lecture politique

  3. Sympa pour ce patient. Mais pour combien de patients le médecin en a-t-il le temps de le faire?!
    Personnellement, du coté du patient, parfois je n’ai qu’une question à poser ou un avis sur la continuation du traitement (les effets constatés ne se font pas toujours immédiatement et avant de diminuer, cesser ou continuer qu’en pense le médecin, le pharmacien ne peut pas toujours répondre) . Si je veux avoir une réponse, il faut prendre un Rv pour une consultation (si on obtient un) ou attendre le prochain RV prévu. L’adresse emal est bien beau sur les ordonnances, mais encore faudrait avoir au moins la politesse de répondre par un message automatique et non faire le muet/sourd.

    Ainsi, je commence à faire ce qu’il ne faut point faire: me contenter avec l’avis du pharmacien (s’il peut en donner) et ensuite faire selon mon impression/sentiment jusque la prochaine consultation. Alors, la faute n#est pas seulement du coté des malades ou des médecins mais des deux – mais un malade n’a pas besoin de supplier le médecin de se faire écouter. Patient/Médecin ont un contrat synallagmatique (le médecin soigne et le patient paye ces soins, et en Allemagne les factures peuvent atteindre de jolies sommes!)

    Bon samedi et belle fin d’octobre

    1. Chantal, votre intervention est très intéressante, et soulève des réponses dans plein de dimensions différentes.
      Personnellement, j’ai tendance à répondre à mes mails quasiment en temps réel. En effet, pour la majorité des questions, ça me prend moins d’une minute de répondre, et ça permet au patient d’éviter de faire une connerie tout en lui évitant également de venir me consulter pour un détail. Évidemment, il y a le cas particulier des patients qui ont un trouble psychique qui auraient tendance à devenir envahissants, mais ça fait partie de mon métier de savoir les orienter vers une prise en charge plus spécifique.
      Mais nous en sommes au début : qu’est-ce que ça pourra devenir lorsque je recevrai 15 mails à l’heure pour me poser de telles questions simples ? Ne pas répondre, en effet, ça serait malpoli, mais répondre ça va me bouffer 15 minutes par heure, donc ça va amputer d’un quart mes revenus. Pensez-vous que mon banquier, Carrefour, et le ministère des finances vont accepter de baisser également mes factures de 25% pour compenser ?
      Autre dimension à prendre en compte : que va dire le juge lorsque M. Machin sera mort d’une maladie que j’aurais pu diagnostiquer si je l’avais reçu en consultation mais dont il ne m’avait donné qu’un seul signe indirect sur son mail ? Ou bien lorsque le mail aura été envoyé en réalité par l’épouse de M.Machin qui se sera logué sur son compte ?
      Encore une autre dimension : la relation médecin/malade se construit à l’instar de toute relation humaine sur le temps et à travers la rencontre physique. Qui peut aujourd’hui prédire ce qu’elle deviendra lorsque votre médecin sera uniquement un de vos copain Facebook que vous n’avez jamais rencontré physiquement ?

      1. Bluerhap,
        Et voilà en répondant vous poser les même questions que je me pose. D’un coté le 21 siècle mis en avance, d’un autre cela coince au point qu’on se retrouve au 19 siècle (bon d’accord un peu gros, mais le sens y est).

        Ici, rien mais absolument rien n’est point facturer en médecine! l’établissement d’une ordonnance m#est facturé dans les 10 euro, la prise téléphonique d’un RV de ma part peut aussi être facturer de 10 euro, imprimé le plan médicamenteux est facturé avec 5 euro. Alors, je pense que répondre à un mail pourra aussi être facturé facilement. Lorsque je vais pour vérification de la pression ophtalmologique c’est facturé mais le montant change, une fois c’est 10, une autre fois 20 et une autre fois avec 30 euro. Donc, à cause de ce traitement ophtalmologique parfois un petit truc qui cloche ou gêne et une question – réponse suffit. Bien non, soit je dois attendre le prochain RV obtenu, soit prendre un autre (si le cas soulevé peut justifier une consultation). Alors, je fais maintenant un peu selon « mon sentiment » et trouve que les adresses é-mail sont devenues superflu. Je trouve seulement comique que plus de moyens de communications existent et moins les gens communiquent.

        Bon dimanche à tous

  4. Sur le principe, pourquoi pas? sms, mail… ce sont des moyens de contact intéressants.
    Se pose effectivement la question de la rémunération. Ce temps passé à répondre à des sms est du temps de travail.
    (Je me suis marrée avec l' »appareil du siècle dernier et le stéthoscope »…. Le « plusse nouveau – plusse technique – plusse cher » n’est pas toujours le « plusse mieux » ^^)

  5. C’est intéressant.
    Au fait, à chaque fois, on a une valeur isolée de la TA.
    Ce n’est pas l’idéal pour de l’automesure non?

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s