The Heart Attack Grill

Le « Heart Attack Grill » (HAG) vient de perdre un de ses clients, des suites d’un infarctus du myocarde. Ce n’était pas n’importe quel client, mais sa mascotte. De quoi assurer une renommée mondiale à un restaurant qui se targue de servir en énorme quantité à ses clients les aliments les moins sains du monde.

Les critiques de Tripadvisor sont quasi unanimes sur l’ambiance qui règne dans le restaurant, un peu moins sur l’intérêt gustatif de ce qu’on y sert, même à l’aune des amateurs de burgers.

J’aime bien le côté transgressif du patron, même si c’est éminemment commercial. J’aime bien aussi son air de médecin.

jonbasso1On dirait un vrai uro-pneumologue, non? Pourtant ce n’est pas un expert mais Jon Basso, le patron du HAG.

Les serveuses sont déguisées en infirmières sexys (un « breastaurant » ) et les cuistots en infirmiers de bloc. On équipe les clients avec une blouse d’hôpital (avec les fesses nues) et un bracelet d’identification .

Les vidéos proposées par le site officiel du HAG sont à regarder (à jeun).

Je ne serais pas surpris d’y voir manger un soir messieurs Even et Debré.

Y pas de mal à se faire du bien, non?

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

Pour un bon usage des statines. (HAS 14 février 2013).

Statins for the primary prevention of cardiovascular disease. (Cochrane Library 31/01/13).

Statin use in the secondary prevention of coronary heart disease in primary care: cohort study and comparison of inclusion and outcome with patients in randomised trials. Wei L, Ebrahim S, Bartlett C, Davey PD, Sullivan FM, MacDonald TM. BMJ. 2005 Apr 9;330(7495):821. Epub 2005 Mar 24.

Utilité des statines chez des sujets à risque cardiovasculaire peu élevé. Minerva 2012; 11(4): 43-44

« Le cholestérol ne bouche pas les artères » . LE MONDE | 12.06.2007 à 13h46 • Mis à jour le 15.02.2013 à 15h29. Propos recueillis par Sandrine Blanchard.

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

13 thoughts on “The Heart Attack Grill”

  1. A noter que le boss, mine de rien, se prémunit contre d’ éventuelles actions judiciaires :

    – sur la porte d’ entrée : attention, cet établissement est mauvais pour votre santé ;

    – une autre inscription : c’ est bon à mourir.

    On ne peut pas dire qu’ on n’ aura pas été prévenu.

    American way of life…

  2. Bonjour,

    Merci pour ce billet, et surtout pour la biblio qui va avec !
    Vous oubliez peut-être cet article : « Dietary cholesterol: from physiology to cardiovascular risk » du British Journal of Nutrition.
    http://journals.cambridge.org/action/displayFulltext?type=6&fid=8297186&jid=BJN&volumeId=106&issueId=01&aid=8297185&bodyId=&membershipNumber=&societyETOCSession=&fulltextType=RV&fileId=S0007114511000237

    N’étant pas médecin, et certainement pas cardiologue, j’aurais aimé votre avis sur cette méta-analyse, qui va à l’encontre de recommandations alimentaires très suivies et prescrites.

    De plus, les recommandations de la HAS, qui semblent assez raisonnables me paraissent en contradiction avec la mise à jour de l’analyse de Taylor dans les « Cochrane Collaborations » (premier lien que vous citez), qui semble annoncer que les statines sont intéressantes, même en prévention primaire, avec des effets secondaires mineurs, et donc un bénéfice/risque intéressant. Comment poser la question… Euh… Et vous ?

    Merci !

    Mr Pourquoi

    1. Ben justement, je n’ai pas d’idée bien tranchée…
      Pour la prévention secondaire, les choses semblent claires.
      Pour la prévention primaire, la HAS (et le bon sens) disent d’accord, mais pour les hauts risques. Cochrane semble dire d’accord pour tout le monde…
      Difficile de se faire une idée bien nette.
      J’ai donc tendance à suivre la HAS sur cette histoire.
      L’article en lien est une revue de la littérature, pas une méta-analyse. Erreur de lien?

      1. Non non, erreur de vocabulaire de ma part ! C’est bien l’article dont je voulais parler, et dont une des conclusions est « Epidemiological data do not support a link between dietary cholesterol and CVD », ce qui est pour le moins différent de l’opinion commune !

        1. J’ai un bouquin de de Lorgeril qui prend la poussière sur ma table de nuit, je n’arrive pas à m’y mettre. Je crois qu’il est très anti-statine et pas d’accord avec le lien cholestérol/athérosclérose.
          Je ne sais pas trop quoi penser.
          Les seules grandes études randomisées montrent une diminution de la morbi-mortalité sous statines, surtout en prévention secondaire.
          Aucune donnée de bonne qualité me semble aller contre.
          Évidemment, seule l’industrie a assez d’argent pour monter une nouvelle étude. Et pourquoi le ferait-elle?
          De Lorgeril pourra toujours écrire de magnifiques revues, tant qu’il ne publiera pas des données robustes, je n’arrêterai pas les statines de mes patients cardiaques…
          Par contre, je freine des 4 fers quand un pauvre « patient » uniquement dyslipidémique se retrouve avec une statine d’emblée, surtout si il se plaint d’effets secondaires!

          1. Présentement, c’est surtout sur le lien cholestérol d’origine alimentaire et maladies coronariennes que porte cette revue. D’où mon questionnement sur les régimes imposés (Pas de beurre, pas de viande, pas de fromage, et surtout pas d’oeuf et pas d’abats). S’il est évident qu’une alimentation saine ne peut que faire du bien, déconseiller les oeufs, le fromage, etc… me paraît particulièrement contraignant. Surtout si finalement, cela ne sert à rien !

            1. Je ne connais pas la littérature sur l’intérêt des régimes alimentaires. En pratique, je n’interdis pas grand chose (sauf parfois le sel sur la table), mais je conseille aux patients de modérer et diversifier leur alimentation. Heureusement que dans le sud, il y a le régime méditerranéen, ça me fait moins de travail😉

          2. J ‘y crois pas !
            Vous dites que vous avez le livre de Lorgeril sur la table de nuit (ça doit faire du temps) , vous ne savez pas trop quoi penser, vous dites que les grandes études randomisées montrent ceci et cela, mais depuis des années surtout , surtout, vous n’ouvrez pas le livre en question comme si vous aviez peur d’y trouver un maléfice !

            « tant qu’il ne publiera pas des données robustes, je n’arrêterai pas les statines de mes patients cardiaques ».
            Mais regardez donc comment il les démonte les « données robustes » qui assoient l’avantage des statines, regardez, au lieu de faire prendre la poussière ou bouquin diabolique, scrongnieugnieu!

            Comme disais Jésus: n’ayez pas peur !

            C’est drôle ça, vous ne le croyez pas mais vous vous abstenez de le lire !
            Allez je vais vous aider: il y a de jolies créatures dévêtues dedans !
            Mais prenez des notes en le lisant. C’est dense et stupéfiant.

            En fait ça doit être assez terrifiant pour des cardiologues ou nutritionistes ou généralistes qui suivent les recos et acceptent les études publiées sans pouvoir tout lire en détail, ce qui est quasi impossible, de remettre en question une habitude de prescription. C’est plus facile pour les autres.

            Ils ont des yeux et ils ne voient pas, ils ont des doigts, et ils ne tournent pas les pages !
            Mamma mia !

              1. Tu va aimer, c’est bien écrit. Et ça culmine à la fin avec une élément é-ssen-tiel du régime crétois, trop méconnu, je n’en dis pas plus… Mais ça c’est un détail. Prends des notes parce que ça secoue le neurone et il faut savoir où aller relire ce qu’il a déjà dit. MOi faudrait que je le relise histoire de vérifier que je ne sois pas fait emballer, j’ai lu très vite tellement ça me sciait.

                J’ai lu ça par hasard à un moment où je me demandais quoi faire de mon cholestérol élevé. J’ai vu passer le titre et badaboum.

              2. ¿ Comment ça, « Caramba » ?
                Non: Puxa !
                Ceci dit:
                Lis ce papier de Even, mécréant !
                http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/26/non-les-statines-ne-sont-pas-efficaces_1839082_3232.html
                Ca donne une idée.
                Il est vrai que les critiques contre lui se font à vide , essentiellement des gens qui n’ont pas ouvert le livre , on le voit, ils incantent, sautent , tapent du pied, imprécationnent, professent leur foi sans s’attaquer techniquement aux arguments techniques d’analyse d’article.

                Je n’ai pas encore acheté ni lu le « Even ». Il faut voir si c’est un vrai travail d’analyse scientifique. J’ai des doutes sur la capacité d’un homme à faire le travail dont il parle en quelques mois.
                Je laisse de côté le passé sulfureux de lhomme, et m’occupe de ce qu’il dit.

                Enfin , lis déjà le de Lorgeril (le cholestérol est innocent…) et raconte nous ta conversion.

  3. « He was the second unpaid mascot to die in the past two years. » Il me semblait bien aussi que c’était pas le premier. Cela dit, les clients sont prévenus dès le départ ! J’aime l’idée d’information complète quant aux repas servis🙂

  4. Je trouve intéressante la note du Dr Michel LIEVRE dans le dernier BIP31: « Hypolipémiants: ne pas se tromper d’objectif ! ».
    Page 49 du bulletin : http://www.bip31.fr/bip/BIP31.fr%202012,%2019,%20(4),%2044-54.pdf

    Il fait référence à cette lettre ouverte pour une évolution salutaire des recommandations ATP IV (toujours non finalisées à ce jour) :
    http://circoutcomes.ahajournals.org/content/5/1/2.full

    Il s’agirait donc d’abandonner complètement le curseur « LDL cholestérol » une fois la thérapeutique instaurée puisqu’aucun essai clinique n’a été construit pour valider l’extrapolation d’une cible LDL à atteindre en vue de réduire les évènements cliniques.

    Le torcetrapib est un bon exemple de lifting efficace du bilan lipidique dont les effets cliniquement pertinents sont pourtant inverses de ceux recherchés !

    Si la HAS laisse une large place aux statines de référence (pravastatine et simvastatine), elle assigne malgré tout un objectif LDL <1g/l chez les patients à haut risque et en prévention secondaire. Bien qu’elle rappelle que « l’atorvastatine et la rosuvastatine ne possèdent pas d’indication validée en prévention secondaire », on perçoit comme une ambiguïté.
    Fiche BUM: http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2012-02/statine_-_fiche_bum.pdf
    Ne serait-il pas plus simple de dire que seules la pravastatine et la simvastatine sont indiquées en prévention secondaire ? Ce serait peut-être plus facile à dire si on abandonnait l’idée d’une cible LDL qui reste un concept marketing (« lower is better ») visant à placer des statines plus récentes ou à plus fortes doses… La rosuvastatine n’a pourtant aucune efficacité démontrée en prévention secondaire sur des critères cliniquement pertinents !

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s