Vous avez reçu un SMS, il faut vacciner le gosse…

et mémé contre le tétanos!

En lisant un compte-rendu de la commission chargée du contrôle de la publicité de l’Afssaps (oui, je suis un grand fou et j’aime les expériences extrêmes), je suis tombé sur la discussion suivante (je n’ai copié que ce qui m’intéressait, le produit en question est un vaccin anti-pneumocoque, page 8):

Cette publicité présente notamment un système de SMS visant à prévenir les parents de la date du rappel de la vaccination par le vaccin promu. L’inscription au service nécessite ainsi l’enregistrement via le site internet consacré à ce vaccin du prénom de l’enfant, de sa date de naissance et d’un numéro de téléphone portable, afin de recevoir 3 SMS aux âges de 9, 12 et 13 mois.

Il est rappelé à la commission que des projets visant à améliorer l’observance liée aux rappels des vaccins via l’envoi de SMS ont reçu un avis défavorable de l’Afssaps en 2006 et 2007, considérant notamment que :

-les visites systématiques des premiers mois pouvaient pallier le risque de non observance des rappels de la petite enfance,

-le mode de remplissage par les parents pouvait être source d’erreur et rendre le support par SMS peu fiable, ce qui augmenterait le risque d’oubli d’un rappel,

-le mode de remplissage nécessitait un ordinateur et un téléphone portable, ce qui pouvait s’avérer non adapté à certaines familles susceptibles d’être concernées par ce problème d’observance,

-ce système pouvait induire une déresponsabilisation des parents qui, attendant les SMS, ne seraient plus attentifs au suivi des informations figurant dans le carnet de santé et ne s’occuperaient pas de gérer les rendez-vous chez le médecin,

-concernant les données recueillies, il n’y avait aucune garantie de la confidentialité et de la non-exploitation de celles-ci,

-enfin, d’une manière générale, ces systèmes ne donnaient pas l’assurance de favoriser l’observance des rappels.

Ainsi, le projet évoqué aujourd’hui soulève-t-il les mêmes problématiques que celles soulevées précédemment.

En outre, certaines pièces nécessaires à l’examen du projet de publicité n’ont pas été versées au dossier de demande de visa, telles que le contenu des SMS, la chartre de confidentialité, et aucun avis n’a été demandé à la commission nationale de l’informatique et des libertés pour la gestion des données recueillies.

Aussi, le groupe de travail propose-t-il de supprimer de cette publicité l’intégralité des références au système de rappel par SMS.

Si l’on fait abstraction des considérations administratives (chartre, avis CNIL…), je trouve que l’avis est un peu sévère.

Pourquoi pas des rappels électroniques planifiés?

Enfin, d’un autre côté, je ne fais pas beaucoup de vaccins, je suis probablement pas le plus apte à juger…

Ceux qui en font en pensent quoi?