Traîner dans la boue

Un homme  de gauche peut-il être riche?

Vous avez quatre heures pour répondre.

Je vais vous aider un peu en vous proposant une lecture éclairante: ce fabuleux texte exhumé par Christian Lehmann.

On reproche beaucoup de choses à Aquilino Morelle, notamment l’histoire du cireur de chaussures. Beaucoup (ici, ici,  ici…) ont en fait un symbole qui passe à mon avis totalement à côté du sujet.

Avoir des conflits d’intérêts, profiter indûment sur un plan personnel des avantages qu’offre la République (chauffeurs, vins…) n’est pas acceptable.

Mais faire travailler un cireur de chaussures me paraît plus qu’honorable, surtout quand on a le cœur à gauche (situs inversus compris). Il pourrait se les cirer tout seul, égoïstement, comme vous et moi, ses chaussures. Mais non, lui, il préfère redistribuer son argent à quelqu’un de moins verni que lui.

C’est vous et moi qui sommes blâmables, pas lui.

Christian Lehmann parle de folie, mais pas du tout! Aquilino Morelle ne faisait rien d’autre que de mettre en pratique ce qu’il professait dans l’article de Libé:

C’est encore de distance qu’il s’agit, mais de façon inversée cette fois. Un responsable politique de gauche doit absolument garder le contact avec les classes populaires – jeunes, chômeurs, ouvriers, employés – qui représentent la raison d’être de son action et qui devraient constituer le cœur de son électorat. Même – et en fait surtout – si le fil de sa vie l’entraîne au sein de l’élite, il doit tout mettre en œuvre pour préserver et faire vivre son lien avec le peuple. Il ne s’agit pas de nier les différences de revenus et de positions sociales qui peuvent exister, mais de toujours chercher à les combler ou à les dépasser par l’échange et le contact physique.

Dans sa relation avec son cireur, il ne pouvait pas être plus intimement en contact avec les gens. Ce cireur était peut-être le seul cordon ombilical qui le reliait encore avec le peuple « normal » lorsqu’il traversait en chaussettes les salons lambrissés de l’Élysée aux côtés du Président.

Les bonnes âmes fustigent Aquilino Morelle pour son cireur de chaussures, mais c’est exactement l’inverse qu’il faut faire.

Il faudrait plutôt passer un savon au cireur pour Aquilino Morelle qu’il n’a pas hésité à trainer dans la boue éhontément.

Il n’y a donc point de Conseil de l’Ordre des cireurs de chaussures que nous puissions saisir pour violation du secret professionnel?

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s