Journée parisienne

Petite escapade parisienne hier…

J’ai commencé par visiter l’exposition Lichtenstein au Centre Pompidou.

centrepompidou

Quand j’étais adolescent, je me demandais pourquoi un auteur de BD de mauvaise qualité, imprimée avec des points ben-day, pouvait  être exposé dans un musée et atteindre des sommets dans les salles des ventes. Je venais de découvrir le Pop-art.

whaam!La BD originale (source)

Whaam!L’interprétation de Lichtenstein: Whaam!, 1963

magnifying glass

Magnifying Glass, 1963.

Jusqu’à il y a peu, je ne connaissais encore de lui que cette partie de son œuvre, la plus connue. Cette expo a comblé mes lacunes et m’a fait découvrir un artiste complet.

roy-lichtenstein-landscape-with-philosopherLandscape with Philosopher, 1996

Après, on aime ou on n’aime pas le Pop-art…

J’aime bien.

Lichtenstein semblait ironiquement ce poser la question de savoir ce qu’il y avait derrière les œuvres du mouvement qu’il a contribué à créer dans cette œuvre de 1961 (non présentée à l’expo):

Roy-Lichtenstein-I-Can-See-the-Whole-Room-...-and-Theres-Nobody-in-It-1961I Can See the Whole Room…and There’s Nobody in It!, 1961

Et maintenant, quelque chose de totalement différent, la (toute) petite exposition de Ron Mueck à la Fondation Cartier.

J’ai découvert Ron Mueck en 2005 dans les médias, au cours d’une précédente expo à la Fondation.

fondation cartierJ’étais curieux d’admirer son travail hyperréaliste des corps humains.

J’ai été un peu déçu, mais comme toujours, être touché ou non par quelque chose est tellement variable en fonction du temps, de l’humeur, …, que je ne suis pas certain de ne pas changer d’avis en y retournant.

En aucun cas je regrette d’y être allé.

Pour être hyperréaliste, c’est hyperréaliste, pas de doute. Le visiteur a l’impression que les corps géants ou miniatures vont s’animer et lui demander pourquoi il les regarde avec tant d’insistance impolie.

Chaque poil, varicosité, marbrure, pli est représenté avec méticulosité. Mais ma part de médecin n’y a vu qu’une virtuosité sans âme. Je me suis même surpris à me faire la remarque que les magnifiques varices de la femme de Couple under an umbrella (2013) n’étaient pas tout à fait au bon endroit et un peu exagérées. La seule (petite) émotion que j’ai ressenti fut devant la mère de Woman with shopping (2013) et surtout l’homme énigmatique et inquiet de Man in a boat (2002).

Excited Shopping WomanÉvidemment, la mère de Woman with shopping est très éloignée de cette vision idyllique…

J’ai trouvé le reste des œuvres froides, ce que j’ai toujours reproché à l’hyperréalisme, où l’émotion laisse très souvent la place à la technique. 

En fait, en feuilletant le catalogue des œuvres de Mueck dans la petite librairie de la Fondation, je me suis rendu compte que ses œuvres antérieures étaient dérangeantes, questionnantes.

20130921-120318.jpg

Et c’est peut-être ce qui manque à cette exposition.

Dernier lieu, encore une fois très différent. Je suis allé voir la (toute) petite boutique Shang Xia, qui a ouvert la semaine dernière au 8, rue de Sèvres. Shang Xia est une succursale de Hermès qui commercialise des objets issus de l’artisanat chinois de très haut de gamme.

shangxiaJe souhaitais surtout voir leurs tasses et bols en porcelaine. J’ai été accueilli par un excellent thé vert et des gens passionnés et gentils.

Je n’ai pas trouvé mon bonheur, mais j’y ai vraiment passé un bon moment. Ce magasin vaut le détour pour le thé, la gentillesse, et les bols en porcelaine « coquille d’œuf » de la gamme echo.

echo shang-xiaCes grands bols ont une forme merveilleusement pure et leur paroi doit faire 0.5 mm d’épaisseur. Malgré une base un peu plus classique, leur poids plume et leur trans-luminescence sont réellement fascinantes. Le vendeur se fera un plaisir de donner une petite pichenette dans le bol afin de faire résonner une sonorité longue et profonde comme celle d’un gong (d’où le nom de la gamme, echo). N’imaginez même pas vous en servir comme d’un pragmatique bol à thé, à moins de vouloir vivre à chaque dégustation de votre Assam préféré un moment de pure terreur. Ces  merveilles fragiles sont des objets de décoration.

Pour un bol à thé  plus rustre, plus populaire, comme sur le cliché suivant, comptez néanmoins 350€ (un bol à thé, pas le service, hein…). Vous aurez donc de quoi avoir un peu peur en vous en servant, mais moins…

Tea shang xia

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

1 thought on “Journée parisienne”

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s