Médiator: interrogez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens

Le Dr Irène Frachon refait parler d’elle avec un article qu’elle a co-écrit avec Philippe Nicot et Catherine Hill et qui doit être publié dans La Presse Médicale.

Elle s’exprime par ailleurs dans ces articles du Monde et du Télégramme de Brest sur le processus d’analyse des dossiers présentés à l’Oniam dans l’affaire du Médiator® (Benfluorex).

Elle poursuit donc sa voie afin de faire reconnaître l’ampleur des conséquences liées à la prise de benflurorex.

Elle m’a gentiment fait parvenir une copie de son article. Les données citées en sont extraites.

Son idée est que l’Oniam sous-estime largement l’imputabilité de l’apparition des valvulopathies sous benfluorex, chez les patients exposés. Son point de référence est déterminé à partir des données de la littérature actuellement disponibles, notamment l’étude de C. Tribouilloy.

Par exemple, au jour d’aujourd’hui, l’Oniam a reconnu l’imputabilité du benfluorex dans 10 dossiers sur 27 (37%) de patients porteurs d’insuffisances mitrales et aortiques prédominantes, non opérées, tous stades confondus, alors que selon l’étude de Tribouilloy, on aurait pu s’attendre à un pourcentage attribuable autour de 79.

Précision importante, ces 37% sont tirés de 82 dossiers analysés dans l’article de Nicot P., Frachon I.,  et Hill C., et non de l’ensemble des dossiers traités à ce jour par l’Oniam. Ces 82 dossiers ont été remis par les associations de patients victimes du Médiator aux auteurs. Il peut donc y avoir un biais de sélection.

Le second concept qu’elle développe est un peu plus dérangeant pour les cardiologues, il vaut donc le coup que l’on y réfléchisse un peu.

Nous avons tous appris le concept de valvulopathie rhumatismale (post rhumatisme articulaire aigu ou RAA), ainsi que sa sémiologie échographique. Nous rencontrons tous les jours des « valves rhumatismales », avec dans l’immense majorité des cas des conséquences hémodynamiques minimes ou nulles.

Mais sommes-nous vraiment certains que l’étiologie soit celle-ci ? Est-ce que parmi ces atteintes, ne se cacheraient pas des valvulopathies iatrogènes, notamment secondaires à la prise de benfluorex (ou des valvulopathies mixtes: post-RAA et iatrogènes)?

L’idée est iconoclaste et me ferait immédiatement penser à un disease mongering, si c’était un labo qui m’avait susurré cette éventualité à l’oreille.

Mais c’est Irène, alors pourquoi ne pas y réfléchir?

Le RAA est une maladie quasi éteinte chez nous depuis des décennies, chez les métropolitains de souche. La précision est importante, car il n’est pas rare de trouver chez les patients immigrés/non métropolitains une notion de RAA dans l’enfance.

Les atteintes valvulaires du RAA s’installent, puis parlent (ou non) sur des durées très longues: 10-20-30 ans… Étant donné l’ancienneté des dernières vagues épidémiques de RAA en France métropolitaine nous devrions donc voir de moins en moins de valvulopathies rhumatismales, notamment triviales, et elles devraient être rares chez les 60-65 ans (64 ans, âge moyen des patients ayant déposé un dossier devant l’Oniam).

Or, tel n’est pas le cas, notamment dans les dossiers analysés par l’Oniam.

La théorie de Irène Frachon reste une théorie, mais ça vaut le coup d’y réfléchir.

Indépendamment de cela, Irène Frachon a tout contre elle, et c’est aussi ça qui fait que sa ténacité est remarquable:

  • pas cardio donc de prime abord peu/pas crédible quand elle parle de valvulopathies.
  • elle a secoué dans leurs certitudes les cardios, (qui n’aiment pas ça) et n’est pas une copine (délicat euphémisme) de Servier, le resto du coeur des cardiologues, qui aide à faire manger des milliers de confrères dans le besoin (ainsi que leur société savanteleur « collège »leur syndicat, leurs revues…).

sfc

  • Les valvulopathies liées au Médiator ressemblent beaucoup à celles du RAA qui furent/sont très fréquentes.
  • Ces valvulopathies sont induites par un traitement donné depuis des décennies, mais elles n’ont été reconnues que depuis peu. C’est à dire que de nombreux patients, parmi les plus exposés sont morts de ça (ou d’autre chose) avec leur valvulopathie dite rhumatismale, à une époque ou l’échographie cardiaque balbutiait et surtout lorsqu’on ignorait même que le benfluorex donne ces lésions.
  • Les patients ne se souviennent pas toujours d’avoir eu un RAA, voire même parfois d’avoir pris du benfluorex.

Dans mon petit coin, je vais systématiser ma question sur la prise de benfluorex devant la découverte d’une valvulopathie « d’allure rhumatismale », même triviale.

Interrogez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens!