Quel suspens!

Je ne résiste pas à vous faire découvrir en avant-première (merci à celui qui se reconnaîtra) le nouveau feuilleton à suspens des productions Syndicat National des Spécialistes des Maladies du Cœur et des Vaisseaux (SNSMCV)/Servier.

Comme chaque année, le syndicat se rend dans les grands congrès de cardiologie et nous rend compte quotidiennement du résultat des grandes études.

La publication est financée grâce au soutien institutionnel indépendant et désintéressé des laboratoires Servier.

Le numéro 1 est ici.

Oubliez toutes les séries américaines qui vous prennent les tripes à la fin de chaque épisode.

Les productions SNSMCV/Servier font mieux.

Dans le rôle de Jack Bauer, Robert Haiat.

ACC1

Mais de quel médicament va donc bien pouvoir nous parler Robert dans les prochains numéros?

Une statine?

Un inhibiteur direct de la rénine?

Le suspens est intenable, je suis tachycarde et j’ai un poids sur la poitrine.

Vite, de l’ivabradine!

(Merde, je l’ai dit)

Cholestérol, mensonges et propagande

Je viens de décider de m’arrêter définitivement à la page 214 (sur 319) du bouquin de Michel de Lorgeril, dont la lecture m’a été fortement recommandée par l’excellent @nfkb qui m’a même offert ce livre! J’ai quand même lu l’ensemble des annexes pour ne pas avoir de regret.

L’auteur, qui est un scientifique de valeur (son épreuve de titre est impressionnante, et il fut le premier auteur de la Lyon Diet Heart Study), a écrit ce pamphlet pour exposer sa doctrine: le cholestérol n’est pour rien dans l’athérosclérose, et les statines, molécules toxiques n’apportent aucun bénéfice. On parle beaucoup de cette théorie depuis l’annonce de la sortie du livre « polémique » des Prs Even et Debré.

Bref, malgré des réticences initiales de près d’un an (je lis des bouquins pour m’évader, pas pour bosser à la maison 😉 ), je me suis plongé dans ce livre de 2008 qui doit (ou a été récemment) ré-édité dans une version actualisée.

Difficile de résumer mon sentiment de lecture.

Il faudrait presque écrire un autre bouquin de taille similaire pour analyser un texte très dense et très documenté.

L’auteur analyse des dizaines d’études afin de confirmer son dogme.

C’est là que le bât blesse.

J’ai utilisé à dessein le terme de pamphlet, car malgré le curriculum de l’auteur et un vernis scientifique, ce livre est une magnifique illustration du biais de confirmation. Et l’ensemble des critiques que l’auteur adresse aux partisans de la théorie du cholestérol et des statines me paraît tout à fait pouvoir s’appliquer à son livre.

C’est dommage, car il explique très bien la mainmise de l’industrie sur la recherche scientifique, et sur l’ensemble des intermédiaires qui véhiculent l’information à nos oreilles. Il décrit aussi très bien l’hystérie des années 1990-2000 qui a conduit à la sur-prescription délirante des statines aujourd’hui.

Mais à côté, il écrit des trucs tellement énormes, dignes d’un visiteur médical, que cela décrédibilise totalement son propos.

Le plus dérangeant dans ce livre, véritable Évangile des myalgiques sous statines, est qu’une lecture rapide, ou faite par quelqu’un n’ayant pas le temps ou les connaissances pour vérifier ou analyser ce qui est écrit peut tout à fait être crédible.

Bref, ce livre ne m’a pas convaincu.

Faites-vous votre propre idée!

(Petit rajout: je donne quelques exemples tirés de ma lecture dans cette note)