La mort d’un blog, le moment de faire le point

J’ai découvert le décès du blog santé du WSJ grâce à l’ami Jean-Daniel.

J’aimais bien ce blog que je suivais avec d’autres, comme Pharmalot. Puis il m’a moins intéressé, et j’ai découvert d’autres plumes que j’ai trouvées plus pertinentes, comme Shots, l’excellent CardioBrief de Larry Husten, Pharma Marketing Blog de John Mack, et des tas d’autres… C’est d’ailleurs cela, selon l’auteur de la note, qui a tué le WSJ Health Blog: trop de concurrence… Je ne suis pas d’accord, chaque blog apporte au lecteur la touche personnelle de son auteur. Il n’y devrait pas y avoir de notion de part de marché dans les blogs.

Le coupable principal me paraît plutôt être le départ de ses créateurs au fil des années. L’impulsion initiale se brise souvent faute de celui qui l’a donnée , un peu plus rarement avec l’usure du temps si le créateur est resté aux commandes.

Je me suis alors demandé ce qui faisait la qualité d’un blog. Quelles sont les caractéristiques des blogs médicaux/paramédicaux que j’aime?

Leur diversité rend difficile un classement. Je crois que leur seul point commun est la passion qui anime leurs auteurs. Demandez-vous toujours ce qui fait avancer l’auteur d’un blog. Si c’est la passion, il y a des chances que le blog soit intéressant, que l’on soit d’accord ou pas avec lui, par ailleurs.

Ensuite, un blog devrait être pertinent. J’englobe deux concepts dans cet adjectif. Primo, si l’auteur délivre des informations médicales, que celles-ci soient équilibrées et au mieux justifiées en bas de note par une bibliographie.

Secundo que l’auteur soit impertinent.

Cela peut paraître paradoxal, une impertinence pertinente, mais l’information médicale est tellement un monde merveilleux où toute innovation est un progrès, où n’importe quelle initiative est révolutionnaire (et novatrice), et où quiconque est le Phénix des hôtes de ces bois, qu’un esprit critique dénote immédiatement en apportant une plus-value. Il ne faut pas critiquer pour critiquer, ni être méchant, mais savoir mettre en lumière les incohérences, approximations, compromissions et hypocrisies.

Cela implique une indépendance financière totale. La reconnaissance du ventre tue consciemment ou non toute velléité d’esprit critique. D’où probablement aussi les soucis du Health Blog du WSJ qui a par ailleurs des annonceurs à ne pas heurter…

Si le blog est essentiellement tourné vers l’expérience, le vécu, les sentiments de l’auteur, j’en reviens au premier point, la passion.

Je n’ai pas d’autre règle.

La mort d’un blog est toujours triste, contrairement à celle d’un média social. C’est une voix individuelle qui se tait et qui manque toujours à ceux qui restent.