Des coquilles vides

Une communauté est un ensemble composé d’êtres vivants qui interagissent entre eux. Ce n’est pas une coquille plus ou moins vide qu’on voudrait bien remplir pour en tirer profit ensuite.

L’adage d’internet est tellement vrai: quand c’est gratuit, c’est vous le produit.

Twitter héberge une communauté de médecins blogueurs ou non qui discutent, rient, agissent ensemble.

Depuis cet été, deux réflexions qui ont eu une certaine audience sont nées de là: les blouses d’hôpital impudiques et les propositions Médecine générale 2.0. Les interactions se sont faites sur Twitter, mais aussi en dehors, sur nos blogs, sur des groupes de discussion, par messagerie électronique. Les outils ne manquent pas pour communiquer autour de Twitter.

Un peu plus récemment, l’initiative des médecins pigeons est partie de Facebook.

Quid des communautés professionnelles qui ont poussé comme des champignons et qui se promettaient monts et merveilles (et monétisation) et se voyaient déjà telles autant de Facebook?

20121027-175307.jpg

Merci à celui qui se reconnaîtra pour l’image 😉

Comme tout le monde, je me suis inscrit à chacune, j’y suis allé une ou deux fois puis je les ai oubliées (de même que leurs codes d’accès, ou même que j’y étais inscrit d’ailleurs…). Pour écrire cette note, j’y suis retourné encore une fois.

Youhouyouhou, y-a quelqu’un?

Alors, évidemment, nos Marc Montagnedesucre sont un peu chagrins.

En ce moment, c’est Docatus qui paraît le plus en détresse (le community manager s’est évanoui sur la touche envoi?):

Chez MeltingDoc, on est lucide:

Chez Esanum, c’est l’effervescence, la cacophonie de commentaires:

Finalement, toutes ces communautés incontournables devraient peut-être fusionner et former une méta-communauté (incontournable)?

Et si elles en discutaient sur Twitter?

Je leur donne un hashtag: #helpmedicalcommunity

Stars 2.0

« Jacques et Dominique, deux fans des années 2.0, dirigent une petite société de spectacle qui fait tourner des sosies dans toute la France. Entre déboires sentimentaux et caprices de leurs pseudo vedettes, l’affaire finit par péricliter. À la veille du dépôt de bilan, ils retrouvent de vieilles URL : Jean-Michel BILLAUT, Catherine CERISEY, Franck CHAUVIN, Isabelle BURDET, Denise SILBER, Dominique DUPAGNE, Jean-Daniel FLAYSAKIER, Jean-Pierre GICQUEL (c’est pas Roger?), Loïc ETIENNE, Hervé NABARETTE, Benjamin SARFATI, Jean-Marie VAILLOUD… tous les tubes des années 2.0 ! Immédiatement, l’étincelle jaillit : pourquoi ne pas faire remonter sur scène les vraies stars des années 2.0 ? Les deux producteurs partent alors en quête de ces vedettes oubliées, et montent une tournée de tables rondes qui débutera dans la galère avant de cartonner en province et triompher… à l’espace Eurosites ! »-Wikipédia.

Ils ont illuminé les années 2.0 avec des billets que tout le monde a encore en tête, sur la grippe, le HIV, les PSA…

Ils seront présents sur scène, en vrai, pour une représentation unique le 14 novembre prochain.

« Un duo à ne pas manquer »– Variety.

« L’affiche de Stars 2.0 est un bon exemple de ce phénomène: on est en terrain connu, celui des Blues Brothers, dès le premier coup d’œil.» Pas de Ray Charles, ni de James Brown dans cette version bien de chez nous, mais Dominique Dupagne et Jean-Daniel Flaysakier. […] On y gagne au change. »– 20 minutes

« Avec cette journée, ne vous attendez pas à rester assis, inerte, à la limite de la somnolence sur votre strapontin. Vous ne devriez pas être dérangé par votre voisin mangeant des popcorns, mais par une salle entière qui risque de se mettre à chanter, voire à danser, durant les tables-rondes. C’est en quelque sorte une réunion dont vous êtes le héros : la bande-son, c’est vous. (…) Vous aurez l’assurance de passer un bon moment si vous allez voir ce film. Allez-y entre amis de préférence. »– leplus.nouvelsobs.com

Sortie le 14 novembre prochain. Plus d’informations ici. Retransmission en direct sur Twitter: #etic2012

Atoute

docteurjd.com

Connais-toi toi même

Les laboratoires pharmaceutiques utilisent des sociétés spécialisées pour affiner leur stratégie commerciale.

Le document ci-dessous en est un bon exemple. La dernière réunion à laquelle j’ai assisté avait pour but de tester sur l’assistance différents messages commerciaux de ce qui allait devenir quelques mois après l’Acomplia.

J’en garde un souvenir assez glauque. Un appartement impersonnel dans le centre ville, des hôtes pas souriants, probablement une consigne pour ne pas nous influencer, un miroir sans teint… Et le pire de tout, la queue pour récupérer son chèque, après.

Par contre, cette réunion est devenue intéressante quand l’Acomplia est sorti, car elle permettait de connaître tous les questionnements commerciaux stratégiques de Sanofi qui ont conduit au lancement final.

Un nouveau traitement de l’HTA va donc sortir, tout du moins une nouvelle association….

Ce n’est pas moi l’invité, je n’y serais de toute façon pas allé. Une fois m’a vacciné. Pour celui qui est dans le circuit, ce genre d’études sous forme de réunion, ou de questionnaire, éventuellement sur internet rapportera probablement bien plus que le futur paiement à la performance instauré par la convention.

Est-ce pertinent pour les labos?

Difficile à dire.

J’ai un copain qui faisait remplir les très/trop nombreux questionnaires qu’on lui propose par sa femme (non médecin) ou son fils de 7 ans. Mieux, si vous avez de bons rapports avec les personnes qui vous proposent ces études, elles vous les remplissent avant de vous les apporter. Un coup de tampon, une signature, 50, 80, 90 euros, un café, une bise. Bien plus rémunérateur et bien plus facile qu’une consultation…

20121027-065955.jpg