Médiator 150 mg

Photobucket

Bon, je vais essayer de faire la critique du livre de Irène Frachon que j’ai terminé hier au soir.

Ce n’est pas très simple, car des tas d’interférences viennent un peu troubler ce que je peux en penser.

Hors postface et glossaire, il fait 129 pages que j’ai dévorées en deux courtes soirées.

Le texte est bien écrit et les phrases courtes font l’économie de circonvolutions qui pourraient nuire à la compréhension d’une histoire pas simple à appréhender, avec de multiples intervenants et rebondissements.

Au début, j’ai eu un peu de mal à m’adapter à ce récit d’une quête scientifique pointue écrit avec les tripes. Surtout que les personnes et les lieux dont l’auteur parle sont réels. Puis après quelques pages, on se laisse happer.

Globalement, ce récit est quand même plus écrit pour des professionnels de santé que pour le grand public. Et parmi les professionnels, ceux qui connaissent les lieux et les personnes vont bien évidemment accéder encore à une dimension supplémentaire.

J’ai adoré le non-dit accusateur contre un cardiologue d’Amiens bien connu.

J’ai aimé la référence à Dominique, et plus largement la façon dont elle a utilisé la toile pour avancer:

Au milieu des ces échanges, bruissant de rumeurs, fausses certitudes et mauvais tuyaux, je note l’intervention d’un médecin, administrateur de l’excellent site Atoute.org : « Le Mediator contient du benfluorex, écrit le docteur Dominique Dupagne dès 2004. C’est un médicament assez étrange, essentiellement coupe-faim par action proche des amphétamines. Il a échappé à la charrette du marché concernant ses cousines. Son positionnement est subtil, uniquement dans le cadre du diabète et de l’excès de triglycérides. En fait, il est largement utilisé comme coupe-faim en dehors de ses indications officielles. Comme les amphétamines, il est excitant et peut provoquer un excès de nervosité.Tout accident survenant dans cette situation non prévue par la loi engage donc la responsabilité du prescripteur ». Et Dupagne de conclure « Je ne serais pas surpris en effet qu’il soit retiré du marché à court ou moyen terme ». Seul et dernier rescapé du nettoyage après l’interdiction de toutes les amphétamines, on se l’arrache.

Bon bouquin, donc.

A lire pendant que l’affaire du Médiator® est encore chaude, pour se faire sa propre opinion.

Nacht und Nebel (2)

Je l’avais loupée, celle-là…

En fait, l’argumentation de la défense du laboratoire Servier a ébranlé ma conviction profonde sur l’affaire du Mediator®.

C’est cette phrase qui a tout changé dans mon esprit:

Le Groupe de Recherche Servier souligne que ces chiffres sont des hypothèses fondées sur des extrapolations.

Or, tout le monde sait que Servier a une expertise mondialement reconnue dans le domaine de l’extrapolation.

On ne peut que s’incliner devant l’évidence, Irène Frachon a tort, de même que l’Afssaps, mais plus tard qu’elle, ce qui est moins grave.

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

17/11/10: Plusieurs modifications (je sais, je sais, je suis un éternel insatisfait)

Nacht und Nebel

Le scandale du Médiator® (Benfluorex) explose à la figure de Servier, mais aussi à celle de l’Afssaps.

Comme souvent, je ne sais pas trop quoi penser de cette histoire.

D’autant plus que le livre de Irène Frachon siège au milieu de la pile des bouquins à lire de ma table de nuit depuis environ un mois et demi.

Photobucket

Alors qu’elle a eu la gentillesse de me l’envoyer avec une jolie dédicace…

J’ai un peu honte, je l’ai fait passer en haut de la pile.

J’ai néanmoins commencé à lire un peu sur cette affaire:

Suite au prochain numéro?

Combien tu as fait, Stéphane?

Photobucket

Encore un magnifique cas clinique interactif du NEJM.

Il était difficile, celui-là (en tout cas pour un cardio de base).

En parlant de iatrogénie, un article du Monde parle du Médiator ce matin, et pas en bien, vous pouvez bien l’imaginer.

L’article cite le Dr Irène Frachon qui a eu la gentillesse de me faire parvenir son livre dédicacé, « Médiator 150 mg. Sous-titre censuré » .

C’est le prochain sur ma liste de lecture.