Le nom de la rose

Je viens de terminer pour la nième fois depuis mes années de lycée « Le nom de la rose » de Umberto Eco.

Comme à chaque fois, j’ai été impressionné par l’humanisme profond qui se dégage de ce qui n’est, à la base « qu’un » roman policier (pardon pour les amateurs mais je n’ai jamais vraiment aimé ce genre)… Le centre du livre, son finis africa, est la lutte entre le libre arbitre, porté ici par le rire, et le fondamentalisme. Ce livre, qui se déroule en 1327, écrit en 1980, sera donc malheureusement toujours actuel.

Umberto Eco reconstitue devant nos yeux un tableau saisissant, presque trop documenté et savant de l’occident du XIVième siècle. Se faire étouffer par les phrases en latin, la description pointilleuse d’un portail d’église ou des courants hérétiques qui traversèrent l’Europe de cette période est d’emblée le risque principal de cet immense roman. Mais quel souffle, une fois cet écueil passé…

Pour ne rien gâcher, la partie thriller, que je ne n’apprécie pas plus que ça en général, est prenante, et sert bien plus que de simple faire valoir au message principal de l’œuvre. J’adore le concept du labyrinthe, la galerie des personnages, la succession des morts, et la traque haletante de frère Guillaume de Baskerville (jolie référence à Conan Doyle).

Chaque fois que je lis, je pense au film et j’imagine Sean Connery en frère Guillaume et le jeune Christian Slater en Adso, et cela me convient très bien. Il y a aussi la scène de la paysanne dans les cuisines…

nom de la rose

Sinon, pour la petite histoire, j’ai commencé à lire ce roman sur mon vieux livre de poche avant de passer sur Mac et iPhone dans le train. Dans quelques années, ce sera un iPad que cherchera Guillaume, et le mystère du finis africa ne sera plus age primum et septimum de quatuor mais un code d’accès à cet iPad.

Stat rosa pristina nomine, nomina nuda tenemus

3 Replies to “Le nom de la rose”

  1. J’ai revu le film la semaine dernière. Il n’a pas pris une ride. C’est amusant de se souvenir qu’il s’agissait du retour de Sean Connery, passé de mode et en déclin, qui démarre avec ce film une deuxième carrière d’homme mûr.

  2. La recherche sur la toile m’a conduit à cette page http://grangeblanche.hautetfort.com/archive/2005/08/04/stat-rosa-pristina-nomine-nomina-nuda-tenemus.html qui m’a ramené ici.
    Cherchant moi aussi à interpréter la dernière phrase du roman « Nomina nuda tenemus », j’avais trouvé ceci
    Stat rosa pristina nomine, nomina nuda tenemus
    Bernard de Cluny est aujourd’hui notoire pour sa phrase « Nunc ubi Regulus aut ubi Romulus aut ubi Remus ? / Stat Roma pristina nomine, nomina nuda tenemus » (« Où est aujourd’hui Régulus et où est Romulus et où est Remus ? La Rome des origines n’existe plus que par son nom, et nous n’en conservons plus que des noms vides »).
    Cette phrase en effet, a été reprise par Umberto Eco sous une forme modifiée dans Le Nom de la rose, avec la fameuse phrase, difficile à comprendre sans le contexte fourni par Bernard de Cluny, Stat rosa pristina nomine, nomina nuda tenemus : « La rose des origines n’existe plus que par son nom, et nous n’en conservons plus que des noms vides », ou encore, » C’est par son nom que demeure la rose d’autrefois, Nous ne conservons que des mots vides « … Ce qui est aussi de la part de Eco, sémiologue de haut vol, un salut à sa discipline, tout autant que le souvenir ému d’Adso envers le seul amour terrestre de sa vie.

Laissez une réponse

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.