Veille sanitaire, à propos d’un cas

J’ai appris la publication du rapport sur les AOD peu après 14h30, heure de diffusion de ce tweet:

Tweet ANSMJ’ai appelé peu après une copine de l’agence, non impliquée dans la rédaction de ce rapport, et elle n’était pas au courant.

J’ai été un peu taquin…

Et là, à 17h39, je viens de recevoir le message électronique de l’agence concernant cette histoire, car je suis aussi abonné à leur liste de diffusion.

Mail ANSMMoralité?

Bah, il n’y en a pas vraiment, mais j’ai trouvé ce délai de 189 minutes rigolo…

Virus de l’immédiateté de l’information, quand tu nous tiens…

La liste de diffusion perd du terrain sur la vitesse de diffusion de l’information par rapport à Twitter (c’est ballot).

Comme depuis longtemps, je trouve plus commode et plus rapide de parcourir des tweets que des messages électroniques, cela conforte ma préférence pour Twitter.

Cela aussi, je le trouve rigolo, quoi qu’inquiétant:

(ce jour, 18h05, navigateur totalement réinitialisé)

Vous retrouvez là tout l’enjeu de ma boutade d’hier sur le SEO des sites des institutions publiques…

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

Édition du 03/07/14: Je ne suis pas resté devant longtemps, tant pis, tant mieux ;-):

Capture d'écran 2014-07-03 06.59.34

Surveillance en vie réelle des anticoagulants oraux (CNAMTS et ANSM)

Le rapport de la CNAMTS et de l’ANSM sur les AOD (ex NACOs) vient juste d’être rendu public, il est disponible ici.

Ce rapport ne s’intéresse qu’au dabigatran ou au rivaroxaban. L’AMM de l’apixaban était en effet probablement trop récente pour permettre une analyse.

Voici sa conclusion:


Les résultats de cette étude observationnelle à partir des bases de données médico- administratives française (SNIIRAM-PMSI) sont rassurants quant au bénéfice/risque des NACO à court terme et cohérents avec les résultats des autres études observationnelles publiées à ce jour : ils ne montrent pas d’excès de risques hémorragique ou thrombotique artériel chez les patients débutant un traitement par NACO (dabigatran et rivaroxaban) versus AVK dans les 90 premiers jours de traitement, et ce dans le contexte français de montée en charge de ces médicaments. En termes de prévention des AVC ischémiques à 90 jours de traitement, il n’a pas été mis en évidence de différence d’efficacité entre les NACO et les AVK chez les patients atteints de fibrillation non valvulaire. En termes de risques, ces résultats ne permettent toutefois pas de conclure s’agissant de l’usage prolongé de ces traitements.

Je me suis aussi jeté sur leur risque de saignement et leur efficacité par rapport aux AVK, et…. et bien rien, balle au centre.

Hémorragies

Accidents emboliques

Hémorragies ou décès

Sur ce rapport qui ne préjuge pas d’un suivi à long terme, les AOD font globalement autant saigner que les AVK (qualitativement moins dans le cerveau, mais plus dans l’estomac) et sont d’efficacité comparable par rapport aux AVK (dans l’indication prévention des accidents thrombo-emboliques dans l’ACFA). Le début d’inquiétude sur un sur-risque de SCA sous dabigatran semble ne pas être confirmé.

Les conclusions de  cette étude réalisée dans la vie réelle sont donc remarquablement superposables à celles des analyses objectives des études randomisées, ce qui est plutôt rassurant ;-).

J’insiste bien sur analyse objective, car avec un peu de subjectivité, et personne s’en prive, il est tellement facile de faire passer un banal nouveau traitement anticoagulant pour un progrès thérapeutique majeur ou au contraire un futur Mediator®…

Donc je reste globalement sur la même position: pas meilleurs, pas pires que les AVK mais remarquablement plus chers, et sans antidote.