BIP31.fr 2013, 20, (1), 1-14

Amis de la pharmacologie, bonjour!

Je viens de recevoir par messagerie électronique le dernier numéro du Bulletin d’Information de Pharmacologie (BIP) publié par le service de pharmacologie de Toulouse.

Comme il n’est pas encore disponible sur le site du BIP et que je l’ai trouvé intéressant, je vous propose de le télécharger ici.

Ce bulletin est gratuit (en version numérique), accessible à tous sur simple demande (adresse électronique page 13 de ce numéro)

Au programme:

  • un petit cas clinique sur une interaction médicamenteuse sympa (pas pour le patient).
  • Médicaments et Drogues à l’origine de dysfonctions érectiles. Problème souvent « aigu » en cardio: thiazidiques, bêta-bloquants… Doute sur les statines (Toutes les études avant l’affaire du Vioxx sont falsifiées. Après, si elles sont positives, elles ont une méthodologie douteuse ou elles sont falsifiées, si elles sont négatives elles sont correctes-tout au plus, mais moins que la Lyon Heart Study- #Michel😉 )
  • Contraception : le risque de thrombose varie avec le progestatif mais c’est l’estrogène qui est thrombogène. Sujet d’actualité.
  • Ne pas confondre : hypolipémiants et hypolipémiants ! Encore une fois attention aux critères intermédiaires.
  • Attention aux interactions NACOs et amiodarone. Article très important, à mon sens étant donné le risque non nul de retrouver sur une même ordonnance NAC+amiodarone (+ double antiagrégation, pour rendre la situation saignante…).
  • Les données de l’essai RE-ALIGN obligent les Agences de régulation à communiquer successivement sur le risque du Dabigatran (Pradaxa®). Le poids des mots, analysé notamment par l’ami Orso.
  • Les complications cardiovasculaires du cannabis : un exemple d’étude menée à partir des Notifications spontanées. En bossant la biblio pour mon mémoire de DESC il y a quelques années, je me suis rendu compte que cannabis et artères font mauvais ménage.
  • Compléments alimentaires à base de levure de riz rouge. Attention aux interactions, à manier avec prudence, dans aucun cas l’acheter hors d’une pharmacie.
  • Et plein d’autres sujets intéressants…

Pharmacologie n’est pas un gros mot, ni un truc de pharmacologues. La pharmacologie est une des fondations méprisées de notre métier. Elle permet une analyse objective de ce que nous faisons tous les jours: (dé)prescrire des médicaments. Le regard des pharmacologues est pertinent, non déconnecté des réalités du terrain, et est très souvent indemne des influences de l’industrie. Vous trouverez quelques liens intéressants ici.

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

4 thoughts on “BIP31.fr 2013, 20, (1), 1-14”

  1. Puisqu’on parle de pharmacovigilance, qui va donc être le premier élu du PSUR européen ?

    La réponse est ici :
    http://www.ema.europa.eu/ema/index.jsp?curl=pages/news_and_events/news/2013/04/news_detail_001759.jsp&mid=WC0b01ac058004d5c1

    (STRONTIUM RANELATE alias Protelos°, médicament pour l’ostéoporose qui augmente les risques d’accidents cardio-vasculaires)

    Zut, c’est le sponsor principal des cardiologues qui va en être la victime ! Il y avait pourtant une certaine cohérence… comme avec le BENFLUOREX…

    L’ANSM relaie l’information rapidement:
    http://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Medicaments-a-base-de-tetrazepam-d-almitrine-de-ranelate-de-strontium-et-de-codeine-chez-l-enfant-avis-et-recommandations-du-PRAC-Communique-de-l-EMA

    On y apprend aussi que le TETRAZEPAM (Myolastan°) va très probablement être retiré du marché. Information importante car benzodiazépine au rapport B/R très défavorable et probablement encore très utilisée.

    Je ne sais pas si tu en avais parlé, mais je conseille la lecture de ce projet d’avis de la HAS concernant l’IVABRADINE qui est très pédagogique :
    http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2012-09/procoralan_06062012_retrait_ct12145.pdf

    «Significativité statistique» ne veut pas dire « Pertinence clinique ». L’industriel ose tout même quand c’est ridicule. C’est intéressant de le mettre en évidence notamment si ça peut avoir un effet dissuasif sur d’autres demandes ridicules.

    Décider d’une AMM ou d’une indication remboursable est lourd de conséquences en cas d’erreur de jugement ou de prise de position sous influence. Si le travail en amont était fait correctement, bien des drames pourraient être évités en limitant l’exposition des patients. Reconnaissons des progrès mais reconnaissons aussi que le compte est loin d’y être.

    Excellent document traduit en français mis à disposition des médecins français par la HAS concernant la promotion pharmaceutique:
    http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2013-04/comprendre_la_promotion_pharmaceutique_et_y_repondre_-_un_manuel_pratique.pdf

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s