Breaking Bad

Cela fait longtemps que j’avais envie de voir cette série.

Pas le temps, pas l’occasion, la flemme, bref, j’en restais toujours à une nébuleuse volonté de voir pourquoi cette série était autant acclamée.

Puis j’ai rencontré Monsieur X qui allait devenir un des deux patients traceurs de ma certification. Nous avons parlé un peu de tout, de rien, de sa santé et de Breaking Bad

Bloqué dans la réunion de la « restitution » en fin de certification, je n’ai pas pu aller le voir et le remercier d’avoir accepté d’être audité avant son départ.

Quelques jours plus tard, une aide-soignante m’a tendu tout sourire une clé USB orange, de la part de Monsieur X.

Dedans, l’intégrale de Breaking Bad

J’en suis à S02E01, et c’est en effet pas mal du tout.

La série est très subtile, toute en nuances, ce qui est très paradoxal étant donné le monde d’ultra violence qu’elle décrit. Pour vous donner une idée de sa profondeur, voici un article qui est consacré à l’analyse des couleurs dans Breaking Bad. J’adore l’humour noir, les situations parfaitement ridicules, les références, et le jeu des deux acteurs principaux qui est stupéfiant.

Stat magni nominis umbra

Une brusque poussée de fièvre m’a fait relire ma note « Le syndrome MGEN » de 2009.

Syndrome MGEN

Pourquoi 5727 personnes ont lu cette note, hier 5 juin 2015, restera probablement à jamais un mystère insondable de la toile. D’un autre côté cette note en particulier reste la note la plus lue de Grange Blanche avec 37739 lectures.

Bref, j’ai relu cette note et je me suis dit qu’à l’époque j’écrivais finalement pas trop mal. Je me sens totalement incapable d’atteindre de nouveau ce niveau. Amis blogueurs, êtes-vous déjà dit qu’il ne vous restait que l’ombre d’un nom, celui de votre blog, et que vous aviez définitivement exprimé le meilleur?

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

Sinon, un contrepoint sympa à ce fameux syndrome ;-).