Anarchie murale

[Cette note n’est pas celle dont parle Jean-Daniel:

]

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

– « Tu m’as pas dit pour le graffiti », me dit négligemment mon épouse en entrant dans la maison.

– « Quel graffiti? ».

– « Celui-là »!

anarchie– « Ah oui, ah oui, pfffffff! »

Première réaction de geek abonné à @PUautomne: merde, un Bansky, il va falloir faire garder mon mur!

Bansky en liberté à Marseille, ce serait possible. D’autant plus que l’absence de faute d’orthographe ou de grammaire semble indiquer une origine étrangère, au moins à la cité.

Mais Bansky est anglophone et son style est un peu plus… graphico-onirico-ironique (comme on dit en toute simplicité dans les galeries).

Quand même, ce français correct m’a vraiment surpris.

Alors je suis allé chercher cette phrase sur le net.

Et j’ai alors confirmé ce que le A entouré en haut et à gauche indiquait pourtant de manière évidente, mais ma culture anarchiste est totalement cachectique (Pour moi, un anarchiste est un type qui a un téléphone qui fonctionne sous Androïd):

Les anarchistes (Léo Ferré 1956)

Y’en a pas un sur cent et pourtant ils existent

La plupart Espagnols allez savoir pourquoi

Faut croire qu’en Espagne on ne les comprend pas

Les anarchistes

Ils ont tout ramassé

Des beignes et des pavés

Ils ont gueulé si fort

Qu’ils peuv’nt gueuler encor

Ils ont le cœoeur devant

Et leurs rêves au mitan

Et puis l’âme toute rongée

Par des foutues idées

Y’en a pas un sur cent et pourtant ils existent

La plupart fils de rien ou bien fils de si peu

Qu’on ne les voit jamais que lorsqu’on a peur d’eux

Les anarchistes

Ils sont morts cent dix fois

Pour que dalle et pourquoi ?

Avec l’amour au poing

Sur la table ou sur rien

Avec l’air entêté

Qui fait le sang versé

Ils ont frappé si fort

Qu’ils peuv’nt frapper encor

Y’en a pas un sur cent et pourtant ils existent

Et s’il faut commencer par les coups d’ pied au cul

Faudrait pas oublier qu’ ça descend dans la rue

Les anarchistes

Ils ont un drapeau noir

En berne sur l’Espoir

Et la mélancolie

Pour traîner dans la vie

Des couteaux pour trancher

Le pain de l’Amitié

Et des armes rouillées

Pour ne pas oublier

Qu’y’en a pas un sur cent et qu’ pourtant ils existent

Et qu’ils se tiennent bien bras dessus bras dessous

Joyeux et c’est pour ça qu’ils sont toujours debout

Par contre, le E entouré en bas, je cale… Des idées?

Bon bah, une phrase anarchiste du grand Léo sur un mur de cardiologue, ça me plait bien…

Et le graffiti?

Avec le temps…

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

3 thoughts on “Anarchie murale”

  1. ça m’a permis de chanter du Léo à tue-tête toute la matinée!
    Ce graffiti est LE rayon de soleil de cette rentrée😉
    Pour un peu, j’en ferais un du même style sur mon mur, ça ferai une chouette rue non ? 😀
    le E cerclé semble signifier « égalité » ou « égalitaire »

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s