Les Furtifs de Alain Damasio ( et un peu de Horde aussi)

J’ai donc enfin fini Les Furtifs de Alain Damasio. J’ai mis plusieurs mois pour le lire pas tellement car il est imposant (687 pages), mais parce que sa lecture est difficile et se mérite, un peu comme La Horde du Contrevent du même auteur.

La Horde est un récit de science-fiction qui décrit la quête immense d’un groupe d’humanoïdes qui remontent le vent dans leur monde qui semble avoir la forme d’un ruban. Leur quête est ingrate, aride, exigeante, et nécessite une volonté de fer permanente, et le génie de Damasio est de rendre tout ceci palpable car la lecture de La Horde est ingrate, aride, exigeante, et nécessite une volonté de fer permanente. Quand je suis enfin arrivé au bout, j’ai été déçu (je ne dirai pas pourquoi), mais j’étais tellement content d’y être arrivé… Ce roman m’a fait la même impression qu’en haut d’une côte raide faite en vélo, qui est devient jubilatoire quand on se retourne, mais qui reste un peu vide de sens, quand même. La Horde est souvent aride, mais le texte comporte des passages extraordinaires d’inventivité, de poésie, de fulgurances littéraires qui m’ont quand même souvent fait penser que, certes, j’en bavais, mais que Damasio est un grand auteur.

Comme La Horde, Les Furtifs sont un roman polyphonique où chaque personnage a un langage facilement reconnaissable. Le génie de Damasio tient à sa capacité de jouer avec les mots, la ponctuation, voire la typographie pour créer des personnages « totaux ». Petit défaut, cette utilisation totale de la langue rend la lecture des Furtifs difficile, un peu comme pour La Horde. Pour compliquer encore la lecture, Damasio adore se lire écrire, et saupoudrer son récit de philosophie parfois d’autant plus indigeste qu’elle se réfère à un monde de science-fiction dans le cas de La Horde. Pour Les Furtifs, sa philosophie m’a paru un peu trop envahissante dans le domaine du langage. J’ai failli jeter l’éponge au milieu du chapitre « Tà ».

Par contre, autant La Horde était dénué de message politique et se situait dans un monde imaginaire, autant une des grandes qualité des Furtifs est de décrire notre monde dans quelques années. Damasio décrit une France dont l’Etat, dépassé aurait laissé l’essentiel du pouvoir à de grandes sociétés privées, par exemple Orange qui a « racheté » la ville d’Orange ou Civin (Vinci de façon assez transparente) a racheté une partie de Porquerolles. Ces sociétés fondent leurs bénéfices sur la privatisation de l’espace public, et sa répartition en zones plus ou moins agréables à vivre en fonction du forfait souscrit. Chaque être humain est devenu une mine de données exploitées par ces grandes sociétés, ce qui implique un contrôle permanent actif et passif sur l’individu. Le monde décrit est d’autant plus effrayant qu’il me semble parfaitement plausible et que l’action se passe dans le sud de la France avec des sociétés existantes. Tout est un peu trop manichéen, et Damasio tombe parfois dans la facilité, mais j’ai adoré cette facette du récit. Je me suis pris à vouloir participer à une ZAD, ça n’a duré qu’une fraction de seconde, mais c’est dire comme Damasio est entraînant quand il parle de lutte. Il néglige un peu la pollution qui risque de nous tuer avant que Orange rachète Orange, dommage, ça aurait pu ajouter un peu de piquant chimique à l’histoire.

Les Furtifs ont été désignés livre de l’année 2019 par le Magazine Lire, et les critiques sur Babelio sont plutôt positives parfois dithyrambiques.

Un livre fascinant, une langue merveilleuse, mais qui se mérite.

One Reply to “Les Furtifs de Alain Damasio ( et un peu de Horde aussi)”

  1. Mince alors.
    En matière de SF, ma culture se limite à Isaac Asimov, Robert Heinlein, Fredric Brown et quelques autres dinosaures..
    La perspective de m’ attaquer à 687 pages me vide de toute énergie.
    A la lecture des copies écran, Je retiens toutefois quelques mots qui, je l’ espère, me feront progresser dans mon classement au scrabble.
    JL

Laissez une réponse

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.