Paris-Tokyo

Ce matin, j’ai retweeté un lien vers un thread très intéressant sur la précision de la technologie Spring Drive développée par Seiko qui m’attire de plus en plus au fil du temps. Ma prochaine montre sera peut-être équipée d’un Spring Drive, on verra… La SBGY003 me tente vraiment mais son prix est hors de portée pour moi…

Je me suis demandé si ma SLA033 se tenait toujours aussi bien, malgré le fait que je ne la ménage pas: boulot, dodo et vélo… Elle commence à être pas mal rayée, elle vit avec moi…

En utilisant l’applicationToolWatch, j’obtiens donc une précision moyenne (ici sur sept jours) de +0,6 seconde par jour, ce qui est excellent. C’est très largement dans les tolérances du COSC, du Superlative Chronometer de Rolex et du METAS de Omega.

Petite remarque, ces certifications permettent à l’acheteur de savoir qu’il achète une montre (suisse) « précise », mais ce qui compte, c’est la « précision » au quotidien… De ce point de vue, la Seiko me convient parfaitement bien (nos amis helvètes ont du souci à se faire…).

Deuxième petite remarque, le terme « précision » est trompeur, car il englobe faussement dans l’esprit de la plupart des gens deux notions très différentes: la fidélité (Precision) et l’exactitude (Accuracy) (Cf. p 21 et 22 de ce document et l’article de Wikipedia dont est tiré le graphique qui suit):

Mais je m’égare…

Une montre solide, précise, sans chichi, ni artifice et dont on n’a pas à se soucier dans sa vie quotidienne, est typiquement une Tool Watch, une montre outil.

Que peut-on faire avec une plongeuse quand, comme moi, on ne plonge pas?

Lire l’heure et la date, OK, facile.

On peut aussi surveiller la cuisson du riz/des pâtes selon 2 méthodes différentes (incroyable): en mode chronographe ou compte à rebours.

En mode chrono:

Je place le marqueur principal de la lunette (la tête de flèche) au moment où je balance le riz/les pâtes dans l’eau bouillante, et j’égoutte à 11 minutes (14h35 ici) pour une cuisson ferme/al dente.

En mode compte à rebours:

Je place le marqueur principal quand je souhaite égoutter mon riz/mes pâtes. Facile.

Mais on peut aussi surveiller un second fuseau horaire.

C’est plus tordu, mais ça marche bien. Admettons que je souhaite connaître à tout moment de la journée l’heure de Tokyo (+8h) et que je ne possède ni téléphone, ni montre GMT.

Il est 14h29 à Paris.

Première chose à faire, je déplace mon marqueur principal de +8h dans le sens inverse des aiguilles d’une montre ( pour New-York, 6h, je déplace le marqueur principal de 6h dans le sens des aiguilles d’une montre):

Ensuite, il faut faire un petit effort d’imagination: on associe les marqueurs principaux de la lunette à un horaire, comme cela:

Le marqueur 50 représente 10h (ou 22h), le marqueur 55, 11h (ou 23h)…

Dans notre exemple, l’heure de Paris est 14h29. et l’heure à Tokyo est de 10h29, ou plutôt 22h29 puis qu’il y a 8h de plus.

Petit quiz, j’ai réglé la lunette pour donner l’heure de Cupertino (-9h). l’heure de Paris est 16h37.

Il est 7h37 à Cupertino (le marqueur 40 correspond à 7/19h. Bien sûr, c’est bien plus simple avec un iPhone…