Demain, le Ramadan

Demain va débuter le Ramadan.

Comme chaque année, voici quelques sources, la plupart en anglais malheureusement, donnant des conseils afin de passer un bon carême  jeûne: 

Si vous avez d’autres sources, n’hésitez pas, je les rajouterai au fur et à mesure.

Bon Ramadan à tous  ceux qui le font!

Hunting Tim Hunt

Tim Hunt, 72 ans, prix Nobel de Médecine 2001, a « été démissionné » de son poste  à l’University College London et à l’European Research Council  dans les suites de remarques inappropriées faites au cours d’une conférence de presse à Séoul.

Hunt had been invited to the world conference of science journalists in Seoul and had been asked to speak at a meeting about women in science. His brief remarks contained 39 words that have subsequently come to haunt him. “Let me tell you about my trouble with girls. Three things happen when they are in the lab. You fall in love with them, they fall in love with you, and when you criticise them, they cry,” he told delegates. “I stood up and went mad,” he admits. “I was very nervous and a bit confused but, yes, I made those remarks – which were inexcusable – but I made them in a totally jocular, ironic way. There was some polite applause and that was it, I thought. I thought everything was OK. No one accused me of being a sexist pig.”

(Source).

Après avoir été révélées sur Twitter, ces remarques ont déclenché une avalanche de tweets moqueurs, souvent très drôles avec le hashtag #distractinglysexy. D’autres tweets se sont aussi ouvertement félicités que Tim Hunt, ait été sanctionné.

Tim Hunt et son épouse ont fait part de leur accablement au Guardian qui a donc publié l’article dont j’ai mis le lien un peu plus haut.

L’épouse de Tim Hunt se dit féministe dans l’article, pourtant elle soutient son mari. Est-ce que cette traîtresse à la cause ne mériterait pas non plus un bon procès populaire sur internet, genre #treacherousfeminist ? A-t-on écouté Tim Hunt avant de le juger et de le condamner, je n’en suis pas certain. A-t-il déjà eu des paroles ou des actes déplacés, par le passé? Je ne suis pas certain que les procureurs sociaux se soient même posé la question.

Il a très largement mérité que ses consœurs chercheuses se moquent de sa bêtise avec #distractinglysexy, mais certainement pas son renvoi ou que certains s’en réjouissent.

Cet homme de 72 ans a connu une époque ou l’on pouvait raconter des idioties en public, par bêtise, par manque d’à propos, par humour déplacé, ou sous l’effet de l’alcool (ou autre), sans risquer le tribunal populaire et l’autocritique en place publique. Des excuses suffisaient à l’époque. Cette époque est bien révolue, la sanction est immédiatement exécutée sous la pression de la meute.

Méfiez-vous dès à présent de ce que vous dites en public, mais aussi dans un cercle semi-privé, voire privé. Il n’est pas dit que quelqu’un ne vous envoie au pilori d’un simple tweet. Que celui qui n’a jamais rien dit de politiquement incorrect jette la première pierre à Tim Hunt.

Nous vivons de plus en plus dans un monde parfait, très politiquement correct, où tous les déviants seront sanctionnés par la justice populaire.  Pas de procédure contradictoire, tolérance zéro, bienvenue dans le meilleur des mondes.

Ce n’est même pas de l’anticipation.

I met a man who, in early 2013, had been sitting at a conference for tech developers in Santa Clara, Calif., when a stupid joke popped into his head. It was about the attachments for computers and mobile devices that are commonly called dongles. He murmured the joke to his friend sitting next to him, he told me. “It was so bad, I don’t remember the exact words,” he said. “Something about a fictitious piece of hardware that has a really big dongle, a ridiculous dongle. . . . It wasn’t even conversation-level volume.”

Moments later, he half-noticed when a woman one row in front of them stood up, turned around and took a photograph. He thought she was taking a crowd shot, so he looked straight ahead, trying to avoid ruining her picture. It’s a little painful to look at the photograph now, knowing what was coming.

The woman had, in fact, overheard the joke. She considered it to be emblematic of the gender imbalance that plagues the tech industry and the toxic, male-dominated corporate culture that arises from it. She tweeted the picture to her 9,209 followers with the caption: “Not cool. Jokes about . . . ‘big’ dongles right behind me.” Ten minutes later, he and his friend were taken into a quiet room at the conference and asked to explain themselves. A day later, his boss called him into his office, and he was fired.

(Source)

La peur panique de l’employeur de ce développeur, comme de celui de Tim Hunt  d’un moderne « qu’en dira-t-on », démultiplié par l’effet de meute des réseaux sociaux a provoqué une réaction en chaîne qui me paraît totalement disproportionnée avec la faute initiale.

C’est très ironique, car les inflexibles gardiens de l’ordre moral d’aujourd’hui sont souvent les déviants d’hier.

Je ne sais pas pour vous, mais les tweets de #distractinglysexy me font beaucoup moins rire depuis que j’ai lu l’article du Guardian et que j’ai vu la photo du très humain Tim Hunt.

Les agonistes du récepteur GLP-1 : un pilier de la prise en charge neutre du diabète

Je commence à me prendre de passion pour ces agonistes du récepteur GLP-1.

En musardant un peu, je suis tombé sur cette présentation tout à fait neutre sur cette merveilleuse classe thérapeutique.

pilier du traitement

Les présentations sont courtes et intéressantes. On y parle beaucoup de physiologie, c’est à dire des immenses avantages théoriques qu’il y a à prendre ce traitement pour un diabétique. On y parle aussi beaucoup de réduction de glycémie. Cela ne se voit pas vraiment sur l’HbA1c (au mieux 1,9% en association avec une sulfonylurée), mais est-ce que cela est finalement bien pertinent? Je vous conseille vivement de lire l’intervention du Dr Bernard Zinman, que son hôtesse appelle familièrement Bernie. On y trouve quelques pépites.

Je voudrais juste remettre les choses en perspective ; il ne fait aucun doute qu’un traitement contre le diabète qui a un avantage sur les perspectives cardiovasculaires sera pris en considération en priorité. Il s’agirait du meilleur traitement contre le diabète, étant donné que nos patients souffrant du diabète succombent évidemment aux maladies cardiovasculaires.

[…]

Les AR GLP-1 sont passionnants, car ils semblent jouir de propriétés qui pourraient se traduire en avantages cardiovasculaires. Certaines de ces propriétés sont indirectes.

[…]

Je crois que cela pourrait être extraordinaire si nous étions en mesure de documenter un avantage cardiovasculaire des AR GLP-1.

[…]

La FDA veut de l’innocuité. C’est sa principale préoccupation. Bien évidemment, les firmes qui fabriquent ces produits veulent plus que de l’innocuité ; elles voudraient en fait démontrer la supériorité. Les études sont généralement conçues tout d’abord dans un souci d’innocuité, mais elles sont ensuite capables de continuer pour démontrer la supériorité. Comme je l’ai dit au début, démontrer la supériorité des AR GLP-1 serait un facteur très puissant pour changer les lignes directrices et changer le paradigme de gestion des DT2.

[…]

Je viens d’apprendre que nos patients atteints de DT2 souffrent toujours, même si nous nous évertuons à abaisser le glucose ou à utiliser des médicaments hypoglycémiants. Ils souffrent toujours de maladies cardiovasculaires.

[…]

Je vous remercie de votre présence Bernie, c’était un plaisir.

Dr Zinman : Tout le plaisir était pour moi.

La remarque de Bernie sur les études (dont ELIXA) qui ont été construites pour démontrer une supériorité de ces molécules sur le placebo est intéressante. Contrairement à ce qui a été dit après le constat de neutralité du lixisenatide, c’est bien une supériorité clinique qui était visée, et pas uniquement une rassurante neutralité pour faire plaisir à la FDA.

Une seule diapo montre un intérêt autre que physiologique ou sur un critère intermédiaire, pas de chance, c’est chez le rat.

Rat et GLP-1C’est ballot que nous ne soyons pas vétos, ce traitement aurait vraiment représenté un « changement de paradigme » pour la prise  en charge du diabète.

Heureusement pour nos diabétiques, les agonistes du récepteur GLP-1 ne sont pas les seuls médicaments neutres dont nous disposons dans notre « trousse à outils ».  La diapo suivante montre l’effet neutre presque parfait des inhibiteurs de la DPP-4.

GLP-1Ou comment l’industrie et ses experts sont enthousiastes de nous montrer que leurs traitements  anti-diabétiques, c’est à dire dont un des buts principaux est de diminuer la mortalité cardio-vasculaire, ne la majore pas.

Vive les médicaments à effet neutre!

neutre

Capture d'écran 2015-06-10 13.01.36

Capture d'écran 2015-06-10 13.01.50

Capture d'écran 2015-06-10 13.02.00

Capture d'écran 2015-06-10 13.02.10Celle-la, c’est pour rire, mais moi je crois dans le pouvoir du neutre.

Capture d'écran 2015-06-10 13.04.14

Capture d'écran 2015-06-10 13.04.52