L’Assurance Maladie, c’est magique

Dans quelques semaines, un médecin de l’Assurance Maladie va venir me parler « confraternellement », comme l’a précisé sa secrétaire au téléphone, de mon cabinet, de mes prescriptions et de la convention signée avec des syndicats de cardios.

Peu de temps après cette annonce, je reçois ce message électronique de ma caisse:

Chouette, me suis-je dit, voilà une bonne occasion de satisfaire à au moins un indicateur en renseignant les horaires d’ouverture du cabinet. D’autant plus qu’il faut le faire avant le 31/12/12 pour avoir droit aux sous. Je me rends donc illico  sur mon espace pro, et je ne suis même pas tellement étonné de tomber sur ce message:


A priori, ils ne sont pas au courant que leur système fonctionne depuis le 17 septembre…

Auteur : Jean-Marie Vailloud

Cardiologue de formation, je suis aussi l'administrateur du blog Grange Blanche.

3 thoughts on “L’Assurance Maladie, c’est magique”

  1. En plus, il n’y a pas d’humain pour s’apercevoir que le charset du document « déclic » est foireux ;->

    Pour le reste, pas étonnant de la part de la sécu
    — et c’est pire pour les « mutuelles étudiantes » comme la LMDE ;->

  2. Et j’apprécie : tu vas voir un médecin,tu es un vrai docteur,un spécialiste,donc tu vois un confrère (ou collègue, je ne me souviens plus des règles d’appellation ! ) En médecine générale ce n’est pas un médecin, c’est.. quelqu’un.Aucun bagage médical en tout cas;et globalement assez peu de connaissances finalement sur notre travail. Anonement des grilles de la sécu et Ciao.

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s