Appel à témoins

Je cherche une caricature en noir et blanc qui compare deux appareils électroniques (smartphones ou lecteurs MP3…).

A gauche, un fouilli de boutons/touches, et à droite un produit Apple avec un design épuré.

J’ai vu ce dessin il y a quelques mois, peut-être sur l’un de vos blogs. Mais je suis incapable de remettre la main dessus.

Merci de me l’envoyer, ou de me donner le lien, si vous voyez de quoi je parle.

…..

(moins de 10 minutes après, la réponse à ma demande, merci Balise!)



Photobucket


Source.

Réponse

Bravo au lecteur anonyme, les anomalies ECG sont a priori secondaires à une hypercalcémie passée de 3.1 mmol/l le 15/12 à 3.7 mmol/l le 17/12.

Photobucket

L’évolution la plus marquante entre les deux ECG est l’apparition de ces ondes T « en dôme », qui miment à merveille des ondes de Pardee. Cet aspect est notamment secondaire à une disparition du segment ST qui vient « coller  » l’onde T au QRS.

Le QTc du tracé du 16/12 est à 492 ms, celui du 18/12 à 469 ms, soit un raccourcissement minime (4.65%).

Le PR est stable à 200 ms, ce qui signe néanmoins un BAV1.

Je ne suis pas certain que le bloc de branche droit soit secondaire à cette hypocalcémie. Il faudrait que je récupère un tracé après sa perfusion d’Aredia.

Dans cet article curieusement écrit en anglais et un peu en espagnol, vous trouverez toutes les autres modifications que l’on peut observer sur un ECG en cas d’hypercalcémie.

Pour résumer, ces modifications sont les suivantes:

  • raccourcissement QT
  • disparition du ST
  • à un stade puis avancé, élargissement QRS, aplatissement des ondes T, dysfonction sinusale
  • aspect mimant des ondes de Pardee
  • aspect d’onde J
  • arythmies rares, voire exceptionnelles: ACFA/TV/FV

A oui, une dernière chose, évitez l’association hypercalcémie/digitalique! A priori la première potentialise les seconds.

Quizz ECG

Femme de 81 ans admise après une chute responsable d’une fracture de côte. A priori, pas d’argument pour une chute sur un malaise d’origine cardiovasculaire.

Antécédents: ostéoporose traitée jusqu’il y a quelques mois par Forsteo et calcium, actuellement sous vitamine D3, fibrillation auriculaire paroxystique (sous cordarone et previscan), tumeur bénigne du sein, phlébite ancienne, prothèse totale de hanche, une insuffisance cardiaque sous Lasilix 40 mg et cibacène 5 mg, une HTA sous catapressan.

Signes cliniques actuels: patiente grabataire depuis sa chute.

J’ai deux ECG à vous proposer, le premier date du 16/12/08, le second du 18/12/08.

Qu’en pensez-vous?

 ECG du 16/12/08

Photobucket

Photobucket

 

ECG du 18/12/08

Photobucket

Photobucket

 

 

 

 

 

statistiques et carmf

La CARMF, c’est la caisse de retraite des médecins. A priori, rien de bien folichon, donc.

Mais chaque année, elle donne des statistiques tout à fait instructives sur notre profession.

Et là, ça devient passionnant.

D’abord, on observe une nette féminisation de la profession, puisque nos consœurs représentent respectivement 66%, 64.3%, et 59% des effectifs de la filière médecine générale en TCEM1, TCEM2 et TCEM3 en 2007-2008.

Leur répartition au sein des spécialités reste très hétérogène: de 20.1% en chirurgie à 87.2% en dermato-vénérologie en TCEM4. En cardiologie, on reste encore un peu macho avec un petit 45.6% en TCEM4.

Les médecins vivent plutôt bien avec un BNC moyen (Bénéfice non commercial, soit les honoraires moins les charges et les frais) à 69962€ en secteur 1 et 92413€ en secteur 2 pour l’année 2006.

Les spécialistes gagnent plus que les généralistes: 83377€ contre 62479€ en secteur 1 (soit une différence de 25%).

En 2006, les 3150 cardiologues avaient un BNC moyen à 97775€.

Maintenant, petite larme à l’œil, séance empathie, sortez les mouchoirs.

Le BNC moyen a baissé entre 2005 et 2006 pour le secteur 1 : -3.38% pour l’ensemble des médecins, -4.19% pour les généralistes et -1.92% pour les spécialistes. Les revenus du secteur 2, eux, ont plutôt augmenté: +0.71% pour les généralistes, +3.62% pour les spécialistes.

Conclusion des statistiques sur le BNC: pour gagner de l’argent, surtout pas médecine générale, et plutôt en secteur 2.

(Je sais, je sais, ce n’est pas un scoop).

Je n’ai plus de scanner, donc je ne peux pas vous montrer la pyramide des âges des médecins. Mais ce n’est pas plus mal, elle fait peur. L’âge moyen des médecins est à 51.78 ans au premier juillet 2008.

Dans 10-15 ans, ça va être le désert médical.

Bon, c’est bien de payer pour la retraite des autres, mais comment évolue le rapport cotisants/allocataires? Et bien, je vous le donne en mille, il s’effondre au fil des années, puisqu’il est passé de 4.53 à 2.83 entre 1992 et 2008. C’est à dire en 16 ans à peine!

Etant donné la pyramide des âges, on va bientôt se retrouver avec un rapport inférieur à 1! Chaque médecin actif aura à sa charge plusieurs confrères retraités et leurs conjoints. On a intérêt à mettre les rallonges de la table de la salle à manger!

Enfin, le meilleur pour la fin. Quelle est la nature des affections des médecins en incapacité ou en invalidité en 2007?

Je vous rappelle les trois premiers tueurs dans les pays développés: pathologies cardiovasculaires, cancers et accidents vasculaires cérébraux.

Et bien, chez nous, ce n’est pas du tout ça!

Pour l’incapacité, dans l’ordre:

  1. cancers (31.40%),
  2. affections psychiatriques+toxicomanie+éthylisme (18.26%) et
  3. affections rhumatismales (12.09%).

Pour l’invalidité:

  1. affections psychiatriques+toxicomanie+éthylisme (41.05%),
  2. affections neurologiques (12.75%) et
  3. affections cardiovasculaires (11.35%).

41.05% des pensions d’invalidité liées à « affections psychiatriques+toxicomanie+éthylisme », diable!

Bien beau métier, mais qui fatigue les nerfs…