Stress (l’histoire)

Vous vous souvenez peut-être d’une histoire qui m’est arrivée à la fin de l’année dernière, pour laquelle j’avais bien stressé, mais que je n’avais pas voulu vous la raconter en détail.

Comme le temps est un peu passé et m’a permis de prendre de la distance, et que l’histoire est quand même assez étonnante, je vais vous la raconter.

J’ai un expert-comptable qui contrôle mes comptes et optimise ma déclaration d’impôt. Je n’ai jamais été très « chiffres », surtout lorsqu’il s’agit d’argent, et pire, de fiscalité.

J’ai pris au hasard dans l’annuaire un cabinet d’expertise comptable proche de chez moi, et ai confié mon dossier à quelqu’un que je savais être stagiaire. Mais comme ils mutualisent les dossiers, et les voient ensemble (le commissaire au compte qui dirige le cabinet, ses associés et les stagiaires), cela n’avait aucune importance pour moi. De toute façon, les comptes d’un médecin de base sont loin d’être complexes: entrées, dépenses professionnelles, point.

Comme je l’ai un peu montré ici, mon expert-comptable (qui n’en était donc pas encore un), bien que plus jeune que moi, m’a toujours un peu intimidé. Et ce, d’autant plus, que pour une fois, je laissais totalement la manœuvre à quelqu’un. Un peu comme un patient avec son médecin. Mais dans ce cas,  et pour une fois, c’était moi qui était en position passive du patient devant un univers abscons. J’allais toujours le voir avec un peu de crainte, un peu comme si j’étais responsable de mes recettes et de mes dépenses devant lui.

Bon an mal an, ses conseils m’ont toujours paru judicieux, notamment un mariage en juin 2006 qui m’a permis d’économiser une somme tout à fait considérable (impôt divisé par 10 la première année, et d’un quart ensuite). Un mariage fiscal, donc. Mais nous n’en avions cure, mon épouse et moi, l’argent n’a pas d’odeur,  pas même celui de la pièce montée (et puis nous n’avons pas attendu ce mariage pour nous aimer).

L’été dernier, en lui apportant mes pièces comptable, je lui raconte que ma propriétaire désire vendre la maison que nous habitons depuis 4 ans. Le prix lui semble intéressant, et il me conseille d’acheter. L’été se passe, et la propriétaire nous appelle en nous disant qu’un monsieur X, se présentant de ma part s’est déclaré intéressé par la maison. J’étais surpris, puisque je n’avais jamais entendu parler de ce monsieur, et que nous n’avions parlé de cette vente à personne. Personne, sauf…

J’ai trouvé l’histoire embêtante, car je n’avais pas encore pris de décision concernant la maison, et ce n’est jamais agréable de se faire forcer la main et de risquer de se retrouver avec un nouveau propriétaire qui semble avoir particulièrement peu de scrupules. Mais ce qui me posait le plus de soucis était l’identité de ce fameux Monsieur X, « coiffeur dans le quartier » avait-il même précisé à ma propriétaire. Bien entendu nous avons fait notre petite enquête, et aucun coiffeur du quartier ne portait ce nom.

Puis un soir, assez longtemps après, mon expert-comptable m’appelle et après avoir noyé le poisson, me reparle de ma maison, et de la clause des « 2 mois » qui imposent à un propriétaire de proposer en priorité la vente d’un bien immobilier à ses locataires. J’ai trouvé cela curieux, alors que je ne lui en avait parlé que de façon incidente au cours d’un entretien sur mes impôts trois mois auparavant.

A ce stade, je n’avais plus beaucoup de doutes, mais comment prouver la relation entre mon expert et monsieur X? En effet, trouver une telle relation changeait absolument tout, puisque si enchérir sur une vente n’est pas condamnable, ce n’est pas du tout le cas de divulguer une information recueillie dans le cadre d’une activité professionnelle d’expertise comptable. Car j’étais certain que ce n’était pas lui qui avait appelé ma propriétaire. Par contre, j’avais un doute raisonnable sur le fait que X soit une vraie identité.

Des jours ont passé alors que cette histoire faisait des tours et des détours dans mon esprit, sans issue évidente.

J’ai envisagé de combiner un coup avec ma propriétaire afin que Monsieur X se dévoile, mais je n’étais pas non plus sûr qu’elle voit d’un si mauvais œil arriver sur le tapis une proposition meilleure que la mienne. D’ailleurs, elle a demandé 18000 euros de plus que le premier prix qu’elle nous avait donné au téléphone la première fois…

Puis un jour, j’ai eu une illumination, ou plutôt un très lointain souvenir a refait surface dans mon esprit. Mon expert-comptable, toujours un peu faraud, m’avait dit au début de notre relation qu’il était propriétaire d’un salon de coiffure. Détail intéressant, mais pas décisif…

J’ai alors utilisé ma meilleure amie en terme de recherche, celle-la même que vous utilisez actuellement, la toile…

J’ai fait une recherche en ligne avec le nom de mon expert dans le registre du commerce. En 5 minutes, j’avais un extrait K bis d’un salon de coiffure avec le patronyme de mon expert juste à côté de celui de Monsieur X! Ils sont associés, donc se connaissent, CQFD.

Après, j’ai préparé une contre offensive éclair. J’ai téléphoné au patron du cabinet d’expertise comptable, lui ai raconté l’histoire et nous nous sommes donnés rendez-vous pour une confrontation avec mon expert comptable. Puis j’ai appelé le conseil de l’ordre des experts comptables pour connaître la marche à suivre.

Je suis allé au rendez-vous particulièrement inquiet, car j’ai pensé un moment que mon expert comptable allait tout nier, et je n’avais pas beaucoup d’éléments tangibles à montrer, hormis un nom donné au téléphone. J’ai aussi touché à ce moment du doigt quelque chose que je n’avais jamais compris avant, que les victimes puissent se sentir coupables…

Pour corser le tout, le nom qu’avait entendu ma propriétaire n’était pas tout à fait celui de « X », ce qui m’a plongé dans des tourments sans fin.  C’est particulièrement difficile de porter une telle accusation uniquement sur un faisceau de présomptions. La réunion a débuté dans un climat finalement assez détendu, avec du café pour tout le monde (je crois que personne n’avait bien dormi cette nuit là !). En fait, mon expert-comptable connaissait d’autant plus « monsieur X » que celui-çi est son beau-père ! Il a plaidé la bonne foi, en disant qu’il avait parlé de ma maison au cours d’un repas de famille sans volonté de faire un bon coup, ou de me nuire. Le patron du cabinet d’expertise était effondré derrière son bureau, et mon expert s’est confondu en excuses.

Je me suis alors fait l’immense plaisir (vraiment immense) de leur lire à haute voix l’article 226-13 du code pénal : « la révélation d’une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire soit par état ou par profession, soit en raison d’une fonction ou d’une mission temporaire est punie d’un an d’emprisonnement et de 15244,90 euros d’amende. » qui s’applique aux expert-comptables, à leurs stagiaires, et … aux médecins.

Comme porter plainte devant leur conseil n’aurait débouché que sur une sanction pour le patron, de toute évidence hors de cause dans cette histoire (les stagiaires étant non responsables devant l’autorité ordinale), et comme je n’ai pas réellement eu de dommage, nous avons convenu d’un « gentlemen’s agreement« .

Pas de plainte ordinale, contre le retrait définitif de « Monsieur beau-père » de la vente, le transfert de mon dossier à un autre membre du cabinet, pas d’honoraires en 2008 (1200 €, quand même) et une réduction que j’ai laissée à l’appréciation du patron pour les années à venir. On s’est quittés en  excellents termes (apparemment, du moins), tous les trois.

Autant je me suis fait un plaisir sadique sur le coup en lui énonçant lentement et distinctement les 15244.90 euros d’amende et les un an de prison, autant je n’ai aucune rancœur vis à vis du stagiaire que j’ai en ensuite plusieurs fois au téléphone pour gérer les affaire courantes. Évidement nos relations ont quand même un peu changé…

Pour la maison, et bien, la crise immobilière est passée par là ;-)…

J’ai retenu quatre choses dans cette histoire:

  1. Ne donner sa confiance que parcimonieusement.
  2. Ne pas en dire plus que nécessaire, à quiconque.
  3. La toile est toute puissante.
  4. Ne jamais oublier les points 1 et 2.