Ivre, il a fini son labyrinthe…

Ça m’a pris pas mal de temps, mais finalement, pas tant que cela, mais j’ai terminé mon labyrinthe! L’orientation par rapport aux points cardinaux est la plus exacte possible. J’ai laissé les tracés préliminaires qui m’ont permis de créer une structure finalement très organisée.

J’ai beaucoup utilisé le croquis de Umberto Eco pour que chaque pièce ait son verset de l’Apocalypse. J’ai passé pas mal de temps là dessus car Eco écrit un peu mal et j’ai été obligé de googler de nombreux versets illisibles.

 Je n’avais pas écrit latin depuis le Lycée…

L’entrée du Finis Africae, pas de miroir dans Minecraft, dommage 😉

L’autel du Fons Adae

Ce dernier cliché, et la petite vidéo çi dessus se rapportent à ce passage:

Adso est alors pris d’hallucinations. Les herbes qui charbonnaient étaient probablement du chanvre. La dernière partie de la vidéo représente bien entendu l’entrée dans le Finis Africae, la découverte du deuxième livre de La Poétique d’Aristote et du fanatique Jorge. J’ai volontairement très peu éclairé l’intérieur du labyrinthe pour se rapprocher le plus possible de l’expérience des héros.

Petite ballade autour du Finis Africae, Hic sont Leones…

La vidéo permet bien de voir que le mot LEONES (les lions) est formé par la première lettre de chaque verset.

En faisant des recherches, j’ai trouvé d’autres foufous qui avaient transposé l’univers du Nom de la Rose dans Minecraft. Je suis notamment impressionné par le travail suivant qui a recréé l’ensemble de l’abbaye maudite:

Ivre, il se dit qu’il aimerait bien parcourir le labyrinthe du Nom de la Rose…

Où, à résumer les révélations prodigieuses dont on parle ici, le titre devrait être aussi long que le chapitre, ce qui est contraire à l’usage.

Le Nom de la Rose est un de mes romans favoris. Umberto Eco a réussi à écrire un roman savant mais accessible, profond et divertissant comme un thriller, ancré ( encré? 😉) dans le Moyen-Âge mais d’un humanisme intemporel…

Le labyrinthe de la bibliothèque est le personnage principal du roman.

Qui n’a pas rêvé de se promener dedans? À y réfléchir, une terreur pointe m’observe cachée, alors que ce début de matinée annonce une belle journée baignée de soleil.

Hier soir, je me suis demandé ce que donnerai cette bibliothèque sur Minecraft.

J’ai récupéré un plan, et j’ai commencé à tracer des sillons dans une carte superflat… C’est un travail de romain, que je mettre pas mal de temps à terminer, mais le résultat me plait bien. J’ai terminé le Finis Africae et la salle Super Thronos viginti quatuor pour voir ce que ça donne.

Je n’ai pas trouvé de miroir satisfaisant dans Minecraft, je l’ai donc symbolisé par des bannières. Un villageois zombie fait un parfait Jorge devant sa table dans le Finis Africae.

Je demeurai troublé. J’avais toujours cru que la logique était une arme universelle, et je m’apercevais maintenant combien sa validité dépendait de la façon dont on en usait.

– Il serait atroce, dis-je, de tuer un homme pourdire bou-ba-baff!

– Il serait atroce, commenta Guillaume, de tuer un homme fût-ce pour dire Credo in unum Deum…

Quand je parle avec Ubertin, j’ai l’impression que l’enfer c’est le paradis regardé de l’autre côté.

Quand entre en jeu la possession des choses terrestres, il est difficile que les hommes raisonnent selon la justice.

– Ne t’extasie pas trop sur ces châsses. Des fragments de la croix, j’en ai vu quantité d’autres, dans d’autres églises. S’ils étaient tous authentiques, Notre Seigneur n’eût pas été supplicié sur deux planches croisées, mais sur une forêt entière.

– Maître ! dis-je scandalisé.

– Il en va ainsi, Adso. Et il y a des trésors encore plus riches. Jadis, dans la cathédrale de Cologne je vis le crâne de Jean-Baptiste à l’âge de douze ans.

– Vraiment? » m’exclamai-je tout admiratif. Puis, un doute me saisit: « Mais jean-Baptiste fut tué à un âge plus avancé!

– L’autre crâne doit se trouver dans un autre trésor », dit Guillaume le plus sérieusement du monde. 

Le croquis suivant, très émouvant, est de la main de Eco (source):

J’espère vous avoir donné envie de découvrir ce roman d’une vie.