La Disparition

Anton Voyl n’arrivait pas à dormir. Il alluma. Son Jaz marquait minuit vingt. Il poussa un profond soupir, s’assit dans son lit, s’appuyant sur son polochon. Il prit un roman, il l’ouvrit, il lut; mais il n’y saisissait qu’un imbroglio confus, il butait à tout instant sur un mot dont il ignorait la signification. Il abandonna son roman sur son lit. Il alla à son lavabo; il mouilla un gant qu’il passa sur son front, sur son cou.

Son pouls battait trop fort. Il avait chaud. Il ouvrit son vasistas, scruta la nuit. Il faisait doux. Un bruit indistinct montait du faubourg. Un carillon, plus lourd qu’un glas, plus sourd qu’un tocsin, plus profond qu’un bourdon, non loin, sonna trois coups. Du canal Saint-Martin, un clapotis plaintif signalait un chaland qui passait. Sur l’abattant du vasistas, un animal au thorax indigo, à l’aiguillon safran, ni un cafard, ni un charançon, mais plutôt un artison, s’avançait, traînant un brin d’alfa. Il s’approcha, voulant l’aplatir d’un coup vif, mais l’animal prit son vol, disparaissant dans la nuit avant qu’il ait pu l’assaillir.

La Disparition-Georges Perec

JR6

JR au Louvre

Prendre en charge sa santé

Je suis tombé sur cet article intéressant dans le blog Well du NYT, qui décrit le fonctionnement d’un laboratoire US, proposant des analyses biologiques au « consommateur », sans passer par un médecin. Le DTC (Direct-to-consumer) en santé représente à la fois l’Eldorado pour ceux qui vendent ces services et le Shangri-La de l’Empowerment et du Patient-centered care pour ceux qui savent qu’ils en ont besoin.

Cela tombe finalement assez bien, les premiers savent parfaitement quoi dire aux seconds pour que ceux-ci accourent à eux les yeux brillants et les mains pleines d’euros (ou de dollars). Les labos US, dont Theranos, vendent donc du rêve et ont très bien développé leur marché qui est passé de 15 millions de US$ en 2010 à 131 l’an dernier.

Tant pis pour la pertinence clinique des examens, le théorème de Bayes, les comparaisons multiples et tout un tas d’autres considérations (ici et ici avec l’ami nephro) font bien piètre figure face aux Dieux Dollar et Ego.

L’article est intéressant car il pèse bien le pour et le contre de ce sytème, et raconte deux histoires de consommateurs/patients très satisfaits de ce système.

La première patiente se sentait fatiguée et est allée se faire faire une trentaine de tests biologiques, sans notion de consultation médicale préalable. Surprise, elle découvre un taux élevé de vitamine D. Elle arrête de prendre des suppléments qu’elle prenait (sur avis médical?) et tout est rentré dans l’ordre. Super histoire. Je fais n’importe quoi avec ma santé, car j’ai cédé à l’appel des marchands de compléments-alimentaires-low-carb-gluten-free-low-electromagnetic-hypervitaminés, en autoprescription et je refais n’importe quoi en m’auto-prescrivant une large batterie de tests plus ou moins pertinents. Heureusement pour elle, ça a marché. Cette fois.

Le second patient est plus intéressant. Les médecins consultés sont passés à côté d’un diagnostic de carence en testostérone (trauma cérébral en 2003) que le patient s’est auto-diagnostiqué en se prescrivant des analyses biologiques. Les analyses ont aussi montré une vitamine D trop basse et une B12 trop élevée (merci là aussi aux compléments alimentaires auto-prescrits). Dans ce cas, le patient a réellement participé activement à ses soins, rien à redire.

Je reste très dubitatif devant ce concept d’analyses DTC (pas de mauvais esprit…) dont l’absence de pertinence est un peu compensée par le nombre de tests faits à chaque prélèvement, mais qui reste statistiquement aberrant. Déjà, arrêtons de faire n’importe quoi en se gavant de trucs inutiles, au pire nuisibles, ça, c’est le véritable patient-centered-care.

Et en France, me direz-vous? Une start-up va t’elle enfin amener une innovation disruptive permettant de mettre à bas l’oppressant monopole médical des prescriptions biologiques et permettre de développer l’empowerment éclairé des consommateurs, pour leur plus grand bien, bien entendu?

Cette start-up existe depuis des années, il s’agit de votre laboratoire d’analyses médicales de quartier. Nul besoin de prescription pour se faire faire des batteries infinies de tests biologiques, à vos frais, bien sûr (sous réserve que le biologiste soit médecin, m’a dit sans certitude mon biologiste favori).