Initiation à la lecture de l’ECG

Pour faire un cours d’initiation à la lecture de l’ECG aux IDE et AS de la clinique, j’ai fureté un peu sur le net et je suis tombé sur deux excellents sites.

L’un est français, il s’agit d’ e-cardiogram.com, qui est un véritable cours synthétique et facile d’accès. Les tracés sont d’excellente qualité et sont commentés avec simplicité et intelligence.

Le second, lifeinthefastlane.com est anglophone. Il s’agit d’un site maintenu par des urgentistes qui comporte une foultitude d’infos intéressantes, en dehors de la bibliothèque de tracés qui est là aussi remarquable et  intelligemment analysée.

Pour les grands débutants, il reste l’incomparable Dale Dubin dont j’ai déjà parlé à plusieurs reprises:

Dubin

Le poison résiduel

Autre histoire d’interaction, mais dont je ne connais pas le mécanisme puisqu’elle est survenue chez un extra-terrestre.

J’ai lu Dune de Franck Herbert étant adolescent et j’avais été fasciné par l’horrible Baron Harkonnen , et notamment la manière dont il s’était assuré la fidélité de Thufir Hawat. Il l’empoisonne « définitivement » avec un poison résiduel au début de sa captivité puis le maintient vivant en lui donnant tous les jours un antidote (interaction!). Antidote bien évidemment non détectable par les senseurs dont sont équipés les personnages importants de la saga:

« Hawat will be given both food and drink, » the Baron said. « Treated with kindness, with sympathy. In his water you will administer the residual poison developed by the late Piter de Vries. And you will see that the antidote becomes a regular part of Hawat’s diet from this point on . . . unless I say otherwise. »

« The antidote, yes. » Nefud shook his head. « But–« 

… »You’re going to say Hawat’s completely loyal to the Atreides. True, but the Atreides are dead… We will woo Hawat, » the Baron said. « We will hide him from the Sardaukar. And we will hold in reserve . . . the withdrawal of the antidote for the poison. There’s no way of removing the residual poison. And, Nefud, Hawat need never suspect. The antidote will not betray itself to a poison snooper. Hawat can scan his food as he pleases and detect no trace of poison. »

Nefud’s eyes opened wide with understanding.

« The absence of a thing, » the Baron said, « this can be as deadly as the presence. The absence of air, eh? The absence of water? The absence of anything else we’re addicted to. » The Baron nodded. « You understand me, Nefud? »

Finalement, continuez à fumer…

Je suis en cours de réalisation d’un diaporama sur les interactions médicamenteuses et en cherchant des données je suis tombé sur deux interactions intéressantes mettant en jeu le tabagisme.

Fumer induit les CYP1A1, 1A2 et peut-être le 2E1. Il faut fumer pas mal, plus de 20 cigarettes par jour pour obtenir une induction significative.

La théophylline est une base xanthique utilisée dans le traitement de l’asthme et de la BPCO, notamment…tabagique. C’est un médicament à marge thérapeutique étroite avec une toxicité qui peut être sévère: convulsions, troubles du rythme cardiaque, diarrhée, agitation psychomotrice…

Or, la théophylline est métabolisée principalement par le CYP1A2…

Vous voyez la situation délicieusement perverse?

Fumer diminue la théophyllinémie par induction du CYP1A2, donc arrêter de fumer l’augmente… Et ce n’est pas marginal.

Après 7 jours de sevrage tabagique, la clairance de la théophylline est diminuée d’un gros tiers et la demi-vie plasmatique de la théophylline est augmentée dans les mêmes proportions.

Le BJMP relate la triste histoire d’une patiente de 76 ans qui a fait une intoxication grave à la théophylline parce qu’elle a arrêté de fumer…

Moralité, si un de vos patients, gros fumeur et sous théophylline, se sèvre, réduisez la posologie de sa théophylline de 35-40% et dosez-lui sa théophyllinémie régulièrement en début de sevrage.

Autre interaction sympa.

Devinez quel est le produit qui se marie bien avec le tabac mais qui est un substrat du CYP1A1?

coffee-689423_1280(Source)

Le café…

Un gros fumeur métabolise très bien son café. On estime qu’il doit boire environ 3-4 fois plus de café qu’un non fumeur pour obtenir la même « caféinémie ».

Si il se sèvre, il va donc devoir lui aussi revoir à la baisse sa consommation quotidienne de café si il ne veut pas devenir un peu nerveux…

Imaginez un patient tabagique, caféinomane sous théophylline… Autant qu’il continue son intoxication tabagique, non?

°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°0°

Smoking and drug interactions. Catherine Lucas. Aust Prescr 2013;36:102–4