Bienvenue chez les ch’tis!

J’ai fait récemment une consultation assez drôle, en tout cas assurément parmi mon « top ten » des HTA secondaires à des facteurs diététiques et un peu iatrogènes.

La dame, la cinquantaine est une transplantée hépatique sous corticothérapie depuis 3 mois environ. Elle a une insuffisance rénale avec une créatininémie autour de 220 (je n’ai pas calculé la clairance, honte à moi, mais étant donné son gabarit de moineau, j’ai pris en compte qu’elle devait être effondrée). Elle n’a aucun antécédent cardio-vasculaire familial ou personnel.

Sa  tension artérielle est à 180 de systolique depuis 1 mois, et c’est pour cela que l’équipe de greffeurs me l’envoie.

Ah oui, c’est une ch’ti, une vraie (parents anciens mineurs ou ouvriers dans le textile)!

A l’examen, je retrouve en effet une TA à 180/90. J’étais entrain de jeter un coup d’œil rapide aux artères rénales, lorsque je m’arrête aussi sec, car en même temps que je fais l’examen, mon interrogatoire est arrivé à l’épineuse question de la diététique.

Et là, la patiente m’en raconte des vertes et des pas mures. En fait, rien de bien exceptionnel, mais elle suit à la lettre le régime ch’ti qui est beaucoup moins bon que le méditerranéen pour la santé.

Elle sale larga manu de principe, sans goûter aux aliments, se gave de beurre salé et de fromage (j’ai failli lui demander si c’était du Maroilles).

Et personne ne vous a dit qu’il fallait suivre un régime sans sel sous corticoïdes?

Ben non! C’est pour ça que mes chevilles gonflent?

Ben oui!

Je lui remis toute la doc que j’avais sur le sujet (merci la FFC) tout en donnant quelques conseils de base pour que cette femme de sel ne se retourne pas sur son passé culinaire.

J’ai quand même débuté un petit traitement par lasilix pour lui faire éliminer son sel (j’étais parti sur de l’esidrex, mais étant donné la créat…).

anti angiogéniques, rein et coeur.

Je n’ai pas encore vu passer de patients pour un avis cardio sur ce sujet, mais il semble qu’une classe d’anticancéreux les anti-angiogéniques, provoque des HTA parfois sévères ainsi que dans une moindre mesure, des atteintes rénales.

A ce jour, quatre trois produits sont disponibles: bévacizumab (Avastin), Sunitinib (Sutent) et le sorafénib (Nexavar).

En tout cas, le problème a été pris assez au sérieux pour que 4 sociétés savantes se réunissent pour établir des recommandations.

Tu as déjà entendu parler de ça, Stéphane ? Pico ? (et les autres?)


°0°0°0°0°0°0°0°0°0°


Dr Muriel Gevrey. Recommandations sur l’HTA induite par les anticancéreux anti-angiogéniques. theheart.org. [International Editions > Édition française > Sections > Actualités > Risque CV/Prévention]; 23 déc. 2008. Consulté à http://www.theheart.org/article/930565.do le 23 déc. 2008

Halimi JM, Azizi M, Bobrie G, Bouché O, Deray G, des Guetz G, Lecomte T, Levy B, Mourad JJ, Nochy D, Oudard S, Rieu P, Sahali D. Vascular and renal effects of anti-angiogenic therapy. Nephrol Ther. 2008 Dec;4(7):602-15