La cardiologue

Je crois fermement en l’égalité des hommes et des femmes, sauf en cardiologie.

D’abord, les femmes sont protégées par leurs hormones, et jusqu’à il y a quelques années par leur tabagisme moindre.

Ensuite, on devrait interdire la spécialité aux femmes.

J’entends les hurlements derrière les écrans.

Mais c’est ainsi, c’est objectif, les femmes cardiologues sont significativement plus pénibles, pour ne pas dire autre chose,  que les hommes.

Le fond, c’est à dire les connaissances, est identique, par contre, la forme…

J’ai du mal à vous expliquer comment elles voient la spécialité, c’est presque indicible.

Peut-être une dominante: un pointillisme extrême, à la fois anxiogène pour les patients, et trop rigoureux pour une spécialité qui sera toujours plus exigeante que celui qui la pratique. Ce n’est pas la peine d’essayer, la lutte est vaine.

Les hommes, qui ont peut être moins de pression, ou sont peut-être plus paresseux, arrêtent plus ou moins rapidement la course, mais les femmes, elles, la continuent, quel qu’en soit le prix.

Il existe aussi plus rarement l’autre extrême, une légèreté souvent toute féminine qui ne sied pas non plus à la spécialité.

A ces deux caractéristiques antinomiques s’ajoute souvent aussi une impériosité que même un mandarin parisien ne pourrait plus se permettre à notre époque.

Il a quelques cardiologues femmes très bien, je le reconnais bien volontiers, mais aussi beaucoup de « cas ».

Le dernier en date, j’ai « récupéré » un patient que ma envoyé une consoeur pour « incompatibilité d’humeur ». La consœur est brillante et gentille mais tellement obsessionnelle et impérieuse que l’épouse du patient m’a dit avoir pris du bromazepam avant les dernières consultations, presque des confrontations.

15 Replies to “La cardiologue”

  1. Ceux sont toutes des néphrologues refoulées 😉
    Il est évident que les femmes doivent rester derrière leur burquas à la maison et surtout ne pas venir dans les amphis de médecine et encore pire à l’hopital, sauf les bonnes soeurs bien évidement.
    Quand ma mère a commencé ses études de médecine, il y a un temps certain maintenant, elles étaient peu nombreuses les femmes en médecine, pas les 60% de P2 actuel. Le premier cours d’anatomie était l’occasion pour un dinosaure de la faculté de faire une diatribe sur les femmes médecins, elles étaient quatre. Disant qu’elles n’avaient rien à faire ici, qu’elles ne seraient jamais à la hauteur etc. Le savon était donné en faisant monter les jeunes filles de 20 ans sur l’estrade devant une montagne physique. Parfois certaines abandonnées, mais elles étaient rares.
    Ces femmes qui ont affronté les préjugés de leur temps sont toutes des femmes de caractère qui ont ouvert la voie à toutes les femmes medecins.
    Il est toujours difficile d’être une femme médecin. Je ne comprendrais jamais pourquoi, ça pose des problèmes à certains. Mais il faut dire que mon éducation m’a peut être rendu innaccessible à certains raisonnements.
    Homme femme peut importe c’est l’individu qui compte pas son sexe.

  2. Je trouve cela honteux de tenir de tel propos en 2009 ..
    Etait-ce de l’ironie ?
    Je l’espère … Pour un cardiologue qui prône la vocation médicale et le dévouement vous êtes encore loin des qualités humaines requises !

  3. Pareil en psychiatrie. Entre « pointillisme extrême » et « légèreté toute féminine », tout le monde n’y voit que du feu et les hommes deviennent minoritaires (au moins 75% des internes sont des femmes). Heureusement, les postes de PU restent essentiellement masculins. Bon, OK, on met parfois des incompétents, mais au moins c’est des hommes!

    Parce que voir des patients, bosser et faire tourner la salle, ca va 5 minutes, mais avoir le statut et la reconnaissance qui vont avec, faudrait pas déconner..;) [/ironie]

  4. Heu, va vite falloir que tu trouves un ou une exorciste pour faire sortir ce Dr Maison de ton esprit!

  5. Lawrence, que dire sinon que j’aime ton blog, son humanité et son acidité. Marre du politiquement correct et du feutré, on veut des cardios, des vrais, des machos, qui « portent leurs c*****es » comme on dit chez nous! Tu n’aurais pas démérité chez les santards!!
    Continue à déchainer les foules des puritains, c’est tellement bon!

  6. comme ma femme le dit, j’ai tous les défauts sauf le machisme je ne saurais donc approuver ce texte scandaleux mais j’étendrais volontiers la critique à tous les jeunes spé med :
    -issus de plus en plus exclusivement des CSP+++ (conf privés onéreuses P1 internat,etre bien classé à l’ENC avec un travail d’appoint relevant de l’hymalaya)
    – très peu sortis de chez eux dans une société de ségrégation géographique remplaçant la verticale de l’immeuble hausmannien
    -ayant fréquenté pendant leurs études presque exclusivement les services de chu avec des malades s’abandonnant à la science
    – sans aucune expérience du remplacement de MG voire de spé de ville
    se trouvent fort démunis culturellement quand des patients affreux sales et méchants revendiquent parfois sans tac vis à vis des jeunes docteurs très savants leur autonomie et donc s’en débarrassent le plus vite possible sans souci de leur devenir médical ce qui me crispe car je récupère souvent des catastrophes évitables ( et là je ne parle pas des prescriptions hospitalières d’ AVK à des analphabètes…)

    1. Grands Dieux, tu es fou!
      Le collectif de promotion des patients analphabètes (d’ailleurs, je me demande bien comment ils ont pu te lire) affreux sales et méchants m’inonde déjà de messages pour que je supprime ton commentaire haineux qui déshonore ta vocation et ton dévouement (les miens, c’est déjà fait).
      A ce propos, ils vont organiser la semaine de la chaussette puante du 16/12 au 22/12 prochain, et publier sur Youtube deux vidéos: « Trois minutes pour en parler, zéro pour les laver » et « Mon médecin est anosmique, tant pis pour lui! ».

  7. le machisme sévit toujours sévèrement dans mon service de formation qui avait presque toutes les qualités d’abord dans son expression traditionnelle du surmenage imposé: devenir cardiologue c est comme etre aspirant d’infanterie en temps de guerre on paye ses erreurs immédiatement en morts évitables donc vous partez pour pour 4 ans à 80 heures par semaine et qui parle de repos de sécurité ou de grossesse peut prendre la porte tout de suite
    également très classe :quand on ne peut plus former que 4 cardiologues par an pour la région on préfère ceux qui travailleront le mercredi…

  8. Je vais t envoyer la meute des chiennes de garde!
    Leo Ferre a dit aussi que  » l intelligence des femmes est dans les ovaires… »

    Et pour tes bijoux de famille, surtout pas chez UNE urologue….

  9. La feminisation du corps medical n’est plus une abstaction , c’est un fait.
    . Ce metier nous accapare 24h sur 24 quelquesoit la forme d’exercice que nous avons choisie et moi qui suis une femme , je me demande comment font les consoeurs qui travaillent à temps plein pour concillier travail , famille , maison (3 cerveaux peut etre …)et quelquefois amant(s!)
    Toutefois,si elles n’ont pas l’exclusivite en matiere de rigidite nevrotique , elles confient facilement leurs patients aux confreres lorsque la relation devient trop compliquee , c’est une preuve d’honnetete intellectuelle et de respect du serment .
    Bien confraternellement .

Laissez une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.