Gardasil

Ce matin, j’étais parti pour écrire une petite note sur le Gardasil, le fameux vaccin anti-HPV que le JAMA gratifie de pas moins de trois articles cette semaine.

Puis, ma motivation a diminué à mesure que la chaleur a augmenté.

Comme, en plus, le Gardasil est plutôt loin de mes préoccupations professionnelles….

Pour ceux que ça intéressent, et qui ont accès au JAMA, je vous conseille vivement la lecture de ces trois articles que j’ai quand même eu le courage de lire:


Barbara A. Slade; Laura Leidel; Claudia Vellozzi; Emily Jane Woo; Wei Hua; Andrea Sutherland; Hector S. Izurieta; Robert Ball; Nancy Miller; M. Miles Braun; Lauri E. Markowitz; John Iskander. Postlicensure Safety Surveillance for Quadrivalent Human Papillomavirus Recombinant Vaccine. JAMA. 2009;302(7):750-757.


Sheila M. Rothman; David J. Rothman. Marketing HPV Vaccine: Implications for Adolescent Health and Medical Professionalism. JAMA. 2009;302(7):781-786.


Charlotte Haug. The Risks and Benefits of HPV Vaccination. JAMA. 2009;302(7):795-796.


L’article de Slade est le moins intéressant car il collige les effets secondaires du vaccin selon une méthodologie plutôt discutable.

L’éditorial de Charlotte Haug, et le texte de fond des Rothman n’ont pas de prétention scientifique, mais ils décortiquent le mécanisme commercial qui a conduit au succès du Gardasil, malgré son intérêt qui est très discuté. Le laboratoire est parti d’emblée sur la notion de prévention du cancer, plutôt que sur la prévention de l’infection à HPV. Cette stratégie a eu tout un tas d’avantages que les auteurs expliquent bien, notamment celui d’élargir le groupe cible (mais quand même pas aux pays sous développés où le cancer du col est pour le coup un véritable fléau…). Enfin, deuxième axe, un partenariat financier très intense avec les grandes associations médicales professionnelles afin qu’elles prêchent la bonne parole.

A défaut d’avoir un intérêt médical tangible, le Gardasil a remporté en février 2007 le titre de marque de l’année 2006.

Pharmaceutical Executive, le journal qui a attribué ce prix est destiné aux cadres de l’industrie pharmaceutique. On peut donc difficilement qualifier l’extrait suivant, cité par les auteurs du JAMA, d’ironique ou de cynique.

Mais il résume tout:

« Gardasil is also a vaccine that broke the mold, creating a host of logistical and policy challenges that it then had to go about solving before women showed up in their doctors’ waiting rooms. It made a market out of thin air, advancing the first hope of preventing an infection that strikes as many as one-quarter of women in some nations and kills an estimated 232,000 every year. »

Herskovits B. Brand of the year. Pharmaceutical Executive. 2007;27(2):58-65.


« It made a market out of thin air ». Je trouve l’expression absolument énorme, même si la signification que je lui donne n’est probablement pas celle de l’auteur.


6 Replies to “Gardasil”

  1. De nombreux personnels de santé, dont vous-mêmes, vous plaignez de ce que les laboratoires sortent de nouvelles molécules qui ne soignent pas mieux que les précédentes (dont elles sont souvent largement dérivées) et coûtent cher du fait de leur nouveauté, et ne font pas d’innovation de fond.

    Là, si j’ai bien compris, il s’agit d’une vraie nouveauté.

  2. Il faut lire les articles concernant le Gardasil sur le blog « Pharmacritique » (les autres articles aussi, d’ ailleurs).
    Certaines sources citées (que je n’ ai pas recoupées, je m’ empresse de l’ écrire)et qui semblent dignes de foi disent pis que pendre de ce qu’ elles appellent une escroquerie intellectuelle mondiale (ce ne serait pas la première).
    Je pense avoir lu également (sur Pharmacritique ou ailleurs, je lis trop, comme dit ma femme)que deux pays européens avaient obtenu ou seraient en voie d’ obtenir le déremboursement de ce vaccin.

  3. Il y a quelques années, dans un long diossier que je ne retrouve malheureusement plus, le Wall Street Journal a raconté comment s’est organisée la campagne auprès des politiques aux Etats-Unis. Ce journal, peu suspect d’anti-libéralisme, a narré les interventions auprès des élus, les créations de groupes de femmes leaders d’opinion, les actions auprès des législateurs, état par état.
    Il y a eu la même chose chez nous avec, à l’Unesco, l’organiisation d’une « conférence » suite à un appel d’un comité de femmes célèbres.
    Le WSJ parlait des financements de tels ghroupes aux USA.

    Comme le souligne Lawrence Passmore, ce qui est indécent dans cette histoire c’est que le cancer du col est cent fois plus prévalent dans les pays en voie de développement qu’ici mais que trois doses de vaccin représentant là bashuit mois de salaire !
    En Europe et en france, l’ambiguité volontairement entretenue fait qu’on confond un effet anti HPV 6,7 16 18 et un effet de protection contre le cancer.
    On occulte carrément la question du dépistage.

    Mais la grosse difficulté qui pointe à l’horizon c’est la prévalence qui augmente des cancers ORL liés au HPV.
    Il va se poser à un moment ou à un autre la question de la vaccination chez les garçons.

    De même la gravité des co-infections HPV-VIH dans les cancers de l’anus en partioculier.

    L’industrie est très forte et elle a face à elle fort peu d’obstacles. dans le cas du vaccin , la presse féminine a été totaelemnt acquise à la cause sans discuter, sans parler du monde médical.
    Haug a pourtant écrit un excellent article dans le New england Journal of Medicine, il ya quelques mois sur l’evaluation cout-efficacité du vaccin.

    je sais que ce n’est pas très délicat, amsi les références sont sur mon blog !

  4. Je crois que Martin Winckler avait également écrit un article sur le Gardasil, à lire sur son site.

Laissez une réponse

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.